Gaspésie (jour 11) Route vers le parc national de la Gaspésie

_MG_12808 août 2014: Aujourd’hui, nous ferons principalement la route jusqu’au parc national de la Gaspésie et on s’arrêtera à certains villages que nous croiserons. En lisant un livre touristique sur la Gaspésie qui nous a été remis au début de notre voyage, j’ai trouvé quelques endroits où s’arrêter, ce qui agrémentera notre journée.

À Sainte-Madeleine-de-la-rivière-Madeleine, on peut observer le passage migratoire des saumons et assister au dénombrement. Ainsi, pour rejoindre le site, on parcourt une dizaine de km sur un chemin forestier praticable seulement si nous avons un 4×4, avant d’arriver juste à temps pour le dénombrement. Le saumon remonte la rivière pour aller pondre ses oeufs en amont. Pour se faire, il remonte le courant et les chutes avant d’atteindre sa destination. Toutefois, la chute sur la rivière Madeleine est trop haute, alors ils ont construit un passage migratoire sous l’eau avec plusieurs bassins pour simuler les cascades naturelles. Le dernier bassin est fermé et quatre fois par jour, un garde prend une puise pour traverser les saumons manuellement à l’autre bassin et faire le décompte avant qu’ils ne reprennent leur chemin dans la rivière. Sur d’autres rivières, le dénombrement est automatisé avec des caméras infrarouge.

Lors de notre visite, la garde a décompté trois saumons de petite taille. En début de saison, les saumons pouvaient atteindre 20-30 livres, mais maintenant ils sont plus petits. À ce jour, ils ont dénombré 471 saumons, ce qui représente la moitié moins que l’an dernier. La diminution peut être causée par la pêche qui a été ré-autorisée cette année ou la diminution de capelans, nourriture des saumons. Durant la visite, nous avons appris que les saumons de mer peuvent vivre jusqu’à quarante années, contrairement au saumon de rivière qui meurt après avoir pondu ses oeufs. La visite est de très courte durée et il faut poser les questions pour avoir de l’information, mais ça vaut le déplacement et les 4$.

_MG_1280Après s’être restaurés au restaurant de Mamie, on reprend la route jusqu’au prochain arrêt, le phare à La Martre. En cours de route, nous avons faits de courtes pauses photos selon ce que le paysage nous offrait. Enfin arrivés, nous visitons le phare doté d’une structure de bois unique et opérationnel depuis 1906. Nous avons droit à une visite commentée à chaque étage que nous atteignons par des escaliers étroits et pentus. C’est ainsi que nous avons appris que la rotation du module d’éclairage est encore assurée par le système d’horlogerie d’origine que le guide, autrefois le gardien, crinque à toutes les trois heures. Après nos deux visites de phares depuis le début de notre voyage, on peut dire que nous en avons beaucoup appris et que nous avons maintenant fait le tour, passons à autre chose.

Avant de reprendre la route, on visite la petite église face au phare. C’est la première fois que nous voyons une fontaine à l’intérieur d’une église; le son de l’eau qui coule convient bien à l’ambiance sacrée recherchée dans ce lieu liturgique. Malgré que toutes les églises se ressemblent, on ne se tanne pas d’y entrer et de s’imprégner de la plénitude des lieux.

La route 132 en Haute-Gaspésie est sinueuse et est souvent en bordure de l’eau. On traverse de minuscules villages de pêcheurs. Lorsque nous arrivons enfin à Ste-Anne-des-Monts pour faire notre épicerie, nous sommes contents d’en avoir terminé avec la longue route. Maintenant, on s’enfonce dans le parc de la Gaspésie, 50 km plus loin, pour trois nuits de camping dans une tente Utopia toute équipée et pour faire de multiples randonnées. Quel plaisir j’ai de me retrouver en camping, pour moi c’est un réel bonheur, reste à savoir si chéri sera aussi enchanté, lui qui n’aime pas trop le camping.

_MG_1280Le site est génial et la tente est vraiment super bien pensée. C’est une grande tente de toile épaisse montée sur un plancher de bois. À l’intérieur, les lits sont dans une autre tente noire opaque, ce qui fait qu’on peut dormir tard le matin ou dormir même si quelqu’un veille à la cuisine avec les lumières allumées, ce qui est pratique avec une jeune fille qui va se coucher tôt! Tout est fourni, la vaisselle, les articles de cuisine jusqu’au linge à vaisselle et le savon, le poêle à deux rond au propane, le frigo et le chauffage d’appoint électrique. Tout y est!

Maintenant, il ne reste qu’à espérer que la pluie qui tombe depuis hier soir cessera pour nous laisser de belles journées ensoleillées pour faire nos randonnées au sec. Ici, ce n’est pas le choix qui manque, mais il faut sélectionner des randonnées qui conviennent à notre rythme de jeune famille, alors oublions la magnifique randonnée au Mont-Albert très difficile de 6 à 8 heures. Par contre, on garde celle du Mont Jacques-Cartier qui dure 4-5 heures et qui est considérée difficile. Les autres que nous avons planifiées faire durant notre séjour sont plus courtes et plus faciles pour équilibrer le tout.

Brigitte
[Photos de la Gaspésie (jour 11) Route vers le parc national de la Gaspésie]


No reviews yet.

Leave a Reply