Grèce (jour 9) Fira

Cet article a 1809 mots. Il vous faudra environ 6 minutes, 1 seconde pour le lire.

Mardi 4 juin 2013 : Aujourd’hui, c’est dédié à se perdre dans la ville de Fira, explorer ses nombreuses rues et ruelles et surtout s’imprégner de l’ambiance. Notre hôtel est à 20 pas des ruelles piétonnes, donc après un petit déjeuner ultra simple, on se dirige vers les ruelles remplies de boutiques, d’hôtels de luxe avec vue sur la caldeira ou sur ces restaurants chers. Oui on s’est fait prendre. Je vous raconte déjà….vers midi on a choisi un beau resto où l’on pouvait se poser à l’abri du soleil et du vent tout en mangeant bien. Le menu était intéressant, mais le propriétaire n’arrêtait pas de nous dire, “site down, relax” ok, on est assit, go, le menu, la commande, qu’on mange et qu’on reparte. Oh que ce n’est pas la vitesse ici. Relaxe qu’il disait. On a eu le temps de relaxer de faire manger Justine et on n’avait même pas eu notre entrée. Ouin beau verre à vin, superbes assiettes et plat servi avec un couvercle en argent svp mais ça ne change rien au goût de la bouffe qui était vraiment très très bonne. On s’est même payé un verre de vin avec le repas, alors plus de 1h45 pour manger, 85 euro pour une entrée, une salade, un repas principal, deux verres de vin, un thé glacé et une bouteille d’eau, ouch !

On essaie de super bien manger le midi, car le soir on mange souvent sur le pouce, dans la rue ou en take out, question de prendre des photos jusqu’à la dernière minute du coucher du soleil à 8h30 et retourner rapido à l’hôtel. Le soir quand on soupe avec deux giros, c’est 5 euro ! Toute une différence et sa bourre en masse, viande, pain, patate frites ! Ok, ce n’est pas la même catégorie, je vous l’accorde.

Donc, je continue mon récit des ruelles bordées de commerces. C’est vraiment ça Santorini, pas une succession de rues sales avec des scooters et des autobus qui te passent littéralement à 2 cm de toi, ici dans les ruelles on a la paix car ce sont des rues piétonnes. Une paix bien relative, car il y a vraiment beaucoup de monde, des centaines de touristes qui déambulent dans la vieille ville. On n’est pas de magasineux, je vous l’ai déjà dit, alors on lèche les vitrines et on prend en photo ce qui est le plus intéressant. Les boutiques offrent plus que des souvenirs pour les touristes, il y a plusieurs magasins de linge d’été, oeuvres d’art, bijoux standards ou de création, bref des boutiques plus chics. D’ailleurs on le voit juste par les présentoirs et les façades.

Ici à Santorini, Fira a 3 superbes belles et grandes églises de trois pratiques religieuses différentes dans un rayon de quelques mètres. C’est super bien de pouvoir entrer dans les églises et toujours avec respect, regarder, photographier et prendre le temps de ressentir la paix intérieure qui les habitent. Ça faut aussi de belles photos de l’extérieur, les clochers, les toits et les colonnes. Ainsi, nous sommes entrés dans l’église catholique où nous avons tout de suite reconnu notre décor. Ensuite, on a visité l’église dominicaine et enfin la cathédrale orthodoxe métropolitaine. Elles se ressemblent toutes, mais il y a certaines icônes religieuses qui diffèrent légèrement.

Perchée en haut d’une falaise, Fira est balayée par le vent presque continuellement. Je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas d’éolienne, ils seraient autonomes en courant électrique! Il y a aussi des nuages aujourd’hui, ce qui est assez rare avec autant de vent, mais ça permet de relaxer, car du soleil, on en a assez pris déjà et les vacances sont loin d’être finies. Parlant de vacances, nous avons vu un “spa fish” où on peut faire tremper nos pieds dans un bassin avec des poissons mangeurs de peau morte et on a décidé d’essayer. C’est vraiment bizarre au début, ça chatouille parce que les poissons picorent sur les pieds et entre les orteils, mais que ça fait du bien! Nous sommes sortis de là avec des pieds tout propres et détendus.

La ville a aussi un port, bien sûr il est au niveau de la mer! Il y a trois alternatives pour faire l’aller-retour. Les plus sportifs peuvent se taper 600 marches pour y accéder. Les téméraires ou ceux à la recherche de diversité pourront faire la monté ou la descente à dos d’âne (mais il y a plus de chevaux que d’ânes) pour 5 euro l’allée simple. Enfin, on peut faire la ligne pour la gondole à 4 euro aller seulement et 4 euro retour par personne. On décide que nos pieds feront très bien l’affaire et on enchaine la descente sur le port à travers les marches en zigzague, les ânes qui montent et descendent sur le même sentier que nous, pavé de roches et de crottin. A l’odeur et à la quantité, les ânes sont très actifs dans tout les sens du terme. On ne peut pas vraiment retenir notre souffle tout le temps de la descente, surtout que l’on doit faire attention pour ne pas glisser, car les roches sont lisses et ainsi très glissantes, je ne voudrais pas avoir à tomber ou mettre les mains à terre.

Donc on arrive finalement dans le vieux port où de gros bateaux accostés au large et de petits bateaux qui servent à transporter les touristes en excursion de 1,2,3 heures dans la caldeira ou le cratère et font des aller retour, presque vides. Un bateau de 50 places, part avec 4 touristes, un autre de 100 places arrive avec seulement 6 autres. La saison touristique ne fait que débuter, j’espère qui y aura plus de gens plus tard, car ça fait triste. Plus tard j’ai appris qu’en forte saison il peur y avoir jusqu’à 15 bateaux de 3000 à 7000 personnes chaque…..ça en fait des touristes!

Bon le tour du port se fait rapido, il y a quelques boutiques et restaurants, mais rien d’extravagant. Je crois que le plus intéressant est le trajet dans les marches. On se minute pour voir en combien de temps on fait la remontée des 600 marches à pied. L’odeur de la merde, on s’y habitue assez vite et c’est l’air enjoué et d’un pas décidé et ferme que l’on fait la montée facile à un super bon rythme. On a croisé quelque touristes en gougoune, à la montée ou la descente, ri-di-cule. Les gens viennent en vacances dans des îles avec seulement des gougounes, come on, ça c’est pour la plage ! Faut s’habiller en conséquence ou souffrir. Moi de toute façon j’ai 1 paire de soulier, alors le choix le matin est assez facile !

On a donc fait la montée finale en moins de 30 minutes, 27 minutes, même pas essoufflé, un peu en sueur par exemple. Le spinning ça a cela comme conséquence on sue beaucoup, le corps s’adapte et s’habitue. Alors quand on fait des efforts, il repart en sueur super rapidement. C’est un détail, mais faut s’adapter et avoir du linge de rechange ou des vêtements techniques.

Notre journée a été une suite de répétition en se promenant dans les ruelles, tourne à droite, monte des escaliers, tourne à gauche, descend des escaliers et on recommence. Même à 6 heures, après plus de 7 heures à se faufiler dans les rues, on a découvert des passages inexplorés, la partie “night life” avec bar et musique. Le soir venu, les gens distribuent des tracs pour vanter les établissements, mais avec bébé on n’était pas trop leur clientèle visée. Il est bientôt 8:20 on se dépêche pour avoir LE point de vue du bon côté du soleil pour l’éclairage idéal de la caldeira et sur la ville. Brigitte est rendue une championne du timing pour les heures de coucher de soleil et d’angle pour la lumière 10 minutes avant le moment idéal. On a donc pu faire quelques bonnes photos avec 50 autres personnes qui faisaient comme nous. On n’est pas les seuls fous à courir après le coucher de soleil.

Pour ceux qui trouvent que je fais de bonnes photos, merci. Mais ce n’est pas tout d’avoir un bon appareil, des bons objectifs, il faut surtout savoir être à la bonne place au bon moment. Je n’hésite jamais à revenir à un endroit, faire de la route ou marcher pour avoir la bonne vue avec le bon angle du soleil quand je le veux. Il y a un monde de différence entre une photo prise à 1:00 de l’après-midi avec une lumière crue et une photo à 6:30 au soleil couchant, nuages qui diffusent la lumière et la bonne prise de vue. Oui je suis fou, mais je prends des pilules pour ça, ça va mieux maintenant !

Alors encore une grosse journée à ne faire qu’une chose, se promener. Que de plaisir avec Justine qui attire les regards de tout le monde, leur fait des beaux sourires et des “bravo”. C’est super de voyager avec elle en porte bébé, elle suit et quand elle chigne, on la fait dormir sur maman. C’est une globe trotter endurcie qui n’a pas peur des ânes qui puent, des chiens errants, des chats mal léchés et des Chinois qui sont toujours en train de vouloir toucher à bébé.

Demain on fait une méga rando d’au moins 3 heures vers le nord en longeant la caldeira. J’espère qu’il fera beau, pas trop chaud, pas trop venteux. Ici c’est 30 degrés tous les jours, gros soleil, je vous le dis, l’enfer sur terre, pu capable. C’est de l’humour évidemment, cette température en vacances est très appréciée, même si j’espérais un peu plus frais, car pour marcher, 20 degrés c’est plus supportable que 30, mais bon, on a juste à rester à l’hôtel à l’air climatisé si on n’est pas content hein!

Ok, ciao et à demain, petit minou est fatigué, imaginez nous ! Les vacances, c’est vraiment trop fatiguant, heureusement que c’est juste 3 semaines par année, hihihihhi, encore de l’humour!

Marc-André

[Photos de la Grèce (jour 9) Fira]


One Response

  1. Lise 14/06/2013 at 18:10 #

    ce fût une journée très amusante pour vous et très rieuse pour nous. On a bien rit à vous lire avec vos commentaires très explicites. Merci. On arrive bientôt à lundi et on a bien hâte de vous retrouver mardi… à confirmer s.v.p. On vous aime. Liz & Jack.

Leave a Reply