Grèce (jour 11) Visite de Oia

Cet article a 1133 mots. Il vous faudra environ 3 minutes, 46 secondes pour le lire.

Jeudi 6 juin 2013 : Nous avons toute la journée pour partir de Finikia et se rendre à la pointe nord de l’île et visiter Oia (prononcé Ia). C’est vraiment tout près, c’est la ville voisine, alors on va s’y rendre à pied.

Tout d’abord on s’est levé très tard, c’est-à-dire 9 h, pour aller déjeuner sur la terrasse magnifique de notre hôte. L’hôtel, ou devrais-je plutôt dire, sa maison est magnifiquement décorée, fleurie et aménagée, c’est comme si elle nous recevait chez elle. Le déjeuner est de loin le plus délicieux et complet que nous ayons eux jusqu’à présent. Du pain chaud fait maison tellement bon que je crois avoir mangé la moitié du panier, 4 sortes de confiture, 5 sortes de céréales, du thé, du café, du jus d’orange et du lait. Il y avait même du beurre, des viandes froides et du fromage ainsi qu’un délicieux “écrapout” d’olives noires à se rouler par terre.

C’est bien bon le pain, mais il faut dépenser toutes ses calories alors on fait le check out et direction Oia pour la journée. La ville est à 3 kilomètres, une petite marche de santé avant d’arpenter les ruelles, monter et descendre les marches et prendre des centaines de photos.

Comme prévu, la ville est un dédale de ruelles, de restaurants et de boutiques avec un charme fou et d’un chic surprenant. Les gens ici sont plus relax qu’à Fira où les touristes dévalent à une vitesse pour réussir à tout voir le temps d’une journée (souvent la croisière fait escale pour quelques heures seulement). Les vues sur la caldeira sont toujours aussi impressionnantes et les ruelles nous mènent à un moulin et les quelques 300 marches qui descendent jusqu’au port.

Bon, c’est comme pour les montagnes, quand il y a des marches, on veut aller voir ce qu’il y a en bas. On descend d’un pas assuré mais tranquillement car les marches sont en pente et assez glissantes pour finalement rejoindre le port. Il fait toujours aussi chaud, plus de 30 degrés au gros soleil, aucun nuage. Arrivés au port, on se choisi un coin à l’ombre pour relaxer et faire manger Justine car mon ti minou a faim et est cui-cui-cui comme nous.

Après cette brève pause, on se promène le long des resto où les gens mangent du poisson. C’est dans notre idée de faire pareil, mais contrairement à ce qu’on pourrait penser le poisson est rare puisque les ressources de la mer Égée sont presque épuisées et est donc très cher, alors on va manger de la salade encore un peu. Au bout du quai vers la gauche, un sentier longe l’eau à travers les pierres et rochers pour se rendre à une petite crique où les gens se baignent. Ce n’est pas facile d’accéder à cet endroit, surtout que ce n’est pas indiqué, mais on avait trouvé l’information sur internet et ça vaut la peine. On croise deux Québécoises en vacances en Europe. On discute de nos voyages respectifs et après une demi-heure, on repart car on doit remonter les escaliers pour aller manger en haut.

Ouf, c’est tuant ces sentiers en dalle de cailloux et de ciment. Les dalles sont à angle, alors ce n’est pas comme une escalier traditionnel, même les paliers sont en pente. Bon enfin arrivé en haut, je change de chemise, la mienne est trempée et je veux être au sec pour le diner. On mange deux grosses salades et un plat de viande, c’est correct et un peu cher.

On continue notre visite au fil des ruelles pour enfin voir de plus près ce moulin, qui ma foi, a plus l’air d’un bibelot de l’hôtel que d’un moulin authentique, mais enfin, ça fait de belles photos.

Une fois qu’on a tout vu de Oia et fatigués de notre journée au grand soleil, on passe en mode recherche de la gare de bus, car ici tous les bus retournent à Fira, alors on prend le prochain, c’est simple. On n’a pas attendu très longtemps, le gros autocar vient nous prendre pour un trajet de 20 minutes pour nous ramener à notre hôtel où nous avions coucher les jours précédents. Ils avaient gardé nos bagages et on y reste que pour la nuit car notre bateau quitte demain matin.

Pendant que les filles prennent une douche, je retourne faire ma guidoune au “fish spa”, traitement des pieds avec des petits poissons… Oui je sais, c’est mon côté fille et ça fait super du bien.

Une fois tout le monde douché et changé, on retourne en ville se prendre quelque chose à manger au petit resto bordant l’allée centrale de la rue passante. Il est très tôt, 6:15, les gens ici mangent vers 8:30 alors on est servi rapidement et on se paye même un jus de fruits frais pressé question de compenser de manger des frites à chaque repas ou presque. Ils en mettent dans toutes les assiettes….où sont les patates grecques?

En résumé, la journée fut bien remplie même si les touristes prennent habituellement une demi journée pour faire ce que l’on a fait sans se presser aujourd’hui. On est quand même en vacances! Bébé va bien, maman va bien, elles vivent collées l’une contre l’autre 10 heures par jour alors elles encore plus complices et développent de nouveaux liens. Avec les rues escarpées et les multiples marches, le carrosse n’est pas suggéré même s’il est fort utile pour d’autres occasions. Pour ma part, je fait le chameau, je porte le sac à dos avec l’eau et la nourriture pour nous tous. On est toujours pas très loin de la ville et de ses magasins, mais nous aimons bien être autonome et manger ce que l’on veut, quand on le veut, sans attendre après personne.

Oia est une magnifique ville, très riche comparativement aux autres. Moins de vendeurs de cossins, beaucoup de galeries d’art originales, des dizaines d’artisans fabricant des bijoux, du plus simple au plus fancy et cher. La ville est propre et calme, ici personne ne roule à 50 km/h en zigzaguant entre les touristes et les ânes. Les villages piéton, c’est vraiment la classe, la paix et surtout, les vacances.

Marc-André

[Photos de la Grèce (jour 11) Visite de Oia]


One Response

  1. Lise 16/06/2013 at 21:16 #

    C’est toujours un plaisir de vous suivre à travers vos posts et découvrir un pays inconnu. Merci.

Leave a Reply