Grèce (jour 12) Naxos

Cet article a 1129 mots. Il vous faudra environ 3 minutes, 45 secondes pour le lire.

Vendredi 7 juin 2013 : Nous voilà repartis pour un autre transfert d’île et on doit se lever tôt pour prendre le ferry qui nous transportera de Santorini vers l’ile de Naxos, la plus grande île des cyclades. Notre monsieur de l’hôtel nous a lui-même reconduit au port et pour une fois, le bateau était en avance de 15 minutes. Tellement incroyable que l’on s’est dit : ça ne doit pas être le nôtre. On s’y dirige quand même, juste au cas où, de toute façon il ne doit pas y avoir 3 ferry à la même heure et ils nous diront si on ne monte pas sur le bon. Ouf c’était lui et on était les derniers à embarquer. Des fois, mieux vaut se fier à son instinct!

Petit voyage de 1h15 pour Naxos où on débarque dans le port avec tous les propriétaires d’hôtel qui attendent ou sollicitent des clients. Comme on a déjà réservé notre hôtel, on les ignore….erreur, le propriétaire nous attendait, mais on ne le saura que plus tard après avoir cherché notre hôtel dans les dédales des rues pendant 30 minutes. Mais bon, la femme de ménage nous montre notre chambre et appelle le propriétaire pour lui dire que nous somme déjà chez lui. C’est un monsieur très gentil qui veut tout nous dire sur son île, on a déjà fait nos recherches et notre horaire est bien complet. Brigitte écoute tout de même ce qu’il a à nous proposer et rien de nouveau ne ressort de ses conseils outre la visite de musées qui nous intéresse moins.

On a la moitié de nos vêtements sales, prêts à être lavé, alors ce sera notre tâche numéro un avant de partir à la découverte de la ville. On prend donc une heures à frotter, laver, rincer dans le bain et accrocher le tout sur la mini corde à linge et tout ce qui peut étendre du linge. Depuis ce matin, le ciel est gris, c’est frais, 25 degrés et presque un temps pluvieux. On aura même droit à 10 gouttes de pluie, puis le temps se découvre et le beau temps revient. Nos vêtements sècheront pendant que nous allons faire le tour de la ville.

Nous commençons la visite en descendant dans le port où toute l’activité se passe. D’ailleurs, il y a une rue à sens unique qui longe le quai, les terrasses s’alignent et il y a un passage piéton qui les sépare des boutiques / restaurants. Le tout sur environ 500 mètres, ce qui offre du choix aux touristes. On choisit un petit resto avec vue sur le port et l’eau qui sert des poissons à prix raisonnable, du style 12 euro par portion, pas besoin de ré-hypothéquer la maison pour manger !

Le diner est délicieux et on a plein de forces pour aller visiter le kastro, c’est-à-dire vieille ville et citadelle fortifiée en haut de la colline. On passe plus de 30 minutes à juste essayer de trouver la rue qui s’y rend avant de comprendre que le kastro, c’est les petites ruelles entre les murs qui protégeaient les églises, couvent et écoles que nous ne pouvons pas visiter. En gros, il n’y a rien à voir et on a vu bien mieux dans les cités médiévales sur les autres îles. On se rabat sur le musée archéologique où il ne reste que 30 minutes pour le visiter puisqu’il ferme à 3h. On ne passe jamais 2 heures dans les musées de “vieilles affaires tout pété”. Effectivement il n’est même pas 3 h que l’on a fait le tour sans se presser, deux corridors et trois salles de vases, de sculptures et d’objets du quotidien qui prouvent que l’île était habitée depuis très longtemps. “Been there, done that”, ce n’est pas un coup de coeur et surtout que c’est pas vraiment bien expliqué. Il doit y avoir 10 affiches explicatives pour le 200 items exposés.

Ce n’est pas que l’on ne s’amuse pas, mais il faut faire quelques courses. Ici on a une cuisinette, ce qui nous permettra de se faire un minimum de cuisine, surtout les petits déjeuners qui ne sont pas compris. Jusqu’à présent Justine mange comme nous en petit oiseau, mais on passe au marché acheter des brocolis, carottes et patates pour lui faire une petite purée pour les prochains jours, question de varier son alimentation. On s’achète de quoi déjeuner, pain, banane, jus d’orange et viandes froides pour ne pas partir la journée le ventre vide. Aussi on retourne préparer cela à la chambre, voir comment va notre séchage et se reposer un peu avant la balade dans la ville le soir au coucher du soleil, une tradition maintenant.

Il est 4h30 de l’après-midi, assis dans notre appartement Justine gazouille et joue sur le lit, maman et papa qui publient les posts, corrigent et écrivent les textes des jours précédents. On se rattrape un peu pour ne pas avoir 20 posts à écrire à notre retour, surtout que la mémoire est une faculté qui oublie.

Avant d’aller souper, on profite du soleil couchant pour aller voir le Portara, une grande porte de marbre qui accueille le visiteur à l’arrivée au port de Naxos, un emblème de l’île. Il s’agit d’un vestige du temple inachevé dédié à Apollon dont il ne reste que cette porte et des fondations.

On avait vu un super restaurant de pizza et comme on n’a pas exagéré dans les repas non typiques grecques, on se paie chacun une pizza à notre goût. Justine nous accompagne et mange elle aussi de la pizza, une fois n’est pas coutume, elle sera nourri correctement à notre retour à la maison. C’est le temps de dormir pour elle et nous n’avons pas fini de manger, ce qui fait que pour la première fois, bébé n’est pas facile au resto et elle ne se supporte plus même si elle est couchée dans son carrosse. Dès que notre repas est fini et payé, on la couche dans sa poussette pour aller marcher et digérer le long des quais, ça ne prend pas 15 secondes qu’elle est partie, beau dodo mon bébé. Grosse journée à flâner aujourd’hui et demain sera encore pire, on monte le mont Zeus!

Marc-André

[Photos de la Grèce (jour 12) Naxos]


One Response

  1. yvon et Lyne 17/06/2013 at 15:09 #

    merci

Leave a Reply