Grèce (jour 8) Emporio

Cet article a 1859 mots. Il vous faudra environ 6 minutes, 11 secondes pour le lire.

Lundi 3 juin 2013 : En cette deuxième journée sur l’île de Santorini, nous allons visiter la vieille ville de Emporio juste devant notre hôtel. Dès le lever, le soleil est magnifique. Nous n’avons pas de déjeuner d’inclus à cet hôtel, alors on part en reconnaissance, d’un coup qu’il y aurait un resto sympa dans la vieille ville. Je dois vous dire qu’à première vue, l’île de Santorini a moins de cachet que celle de Sifnos. Moins propre, moins vivant, plus vieux et avec plus de commerces pour les résidents, c’est un peu une déception côté look, surtout après la belle île de Sifnos.

Une fois pénétré à pied dans la vieille ville piétonne, ruelles, maisons, cafés et commerces sont présents et offrent un cachet unique enfin recherché. C’est un délice de se perdre dans les ruelles et les escaliers nombreux qui se cachent au détour d’un mur ou d’une église. Ici pour voir, il faut chercher. Il n’y a toujours pas un chat, en fait il n’y a que des chats, pas de gens, pas de locaux, pas de touristes, niet, on est seul. On passe d’une ruelle à l’autre en essayant de se perdre, longeant le mur et escaladant un escalier pour redescendre plus loin.

On a découvert le kastelli, le coeur de la vieille ville qui est superbe. Il y a deux entrées dans la fortification et à l’intérieur des murs, de petites maisonnettes sont collées les unes contres ou par-dessus les autres. Le tout dans un cachet authentique, vieux, mais tellement mignon. Au centre, une grande église impressionne par sa taille et sa richesse. Celle-ci ne semble pas avoir vieilli comparativement aux maisons autour. Malgré le peu d’espace, les gens ont su trouver le moyen de fleurir leur maison, colorer les portes et volets pour donner un peu de vie à cette vieille partie.

Après une bonne heure de ce petit jeu et une bonne centaine de photos, nous somme ravis de notre matinée à vraiment deux pas de notre hôtel, ok peut-être 20 pas, pas plus. Bébé ayant déjeuné mais pas nous, nous nous redirigeons vers la rue principale où quatre vieux fument sur une terrasse. On y prendra un bon petit déjeuner, crêpe jambon, oeuf, fromage et gaufre chocolat banane. Ça bouche un trou et même bébé s’est régalée.

Ah oui, bébé oiseau mange de tout, mais vraiment de tout, quand on mange, elle mange et ce qu’il y a au menu est partagé. Elle a dû manger en une semaine au moins 10 nouveaux aliments, une chance qu’elle n’est pas difficile. Certains jours, elle est une ogre, elle en veut toujours plus. Elle mange de toutes les façons, avec une cuillère, fourchette et avec nos doigts. Elle deviendra bien forte et grande très bientôt.

Ensuite on a pris l’auto pour monter en haut de la montagne où il y a le monastère Profitis Elias (encore, Élie est un prophète que les Grecs aiment beaucoup) et faire un mini hicking avec une magnifique vue sur le point culminant de l’île. Notre position nous offre une vue à 360 degrés sur l’île et les environs. Les photos sont bien, mais attendez de voir les vidéos. A droite, c’est Périssa avec sa grande plage sur laquelle on a marché hier et à gauche la ville de Kamari, l’autre station balnéaire que nous visiterons cet après-midi. On a décidé de faire de Justine notre nain de jardin, comme dans le film “Le fabuleux destin d’Amélie Poulin” et on la pose un peu partout. On vous fera une série de photos spéciales, bébé le nain de jardin en Grèce.

En reprenant la voiture, on prend la direction de Pyrgos avec sa forteresse, ses ruines et encore l’opportunité de monter sur les toits des églises. La forteresse est située tout en haut d’une colline au coeur du village bien gardé par des passages étroits. C’est de loin la plus belle visite que j’ai faite jusqu’à présent. On a visité quelques villes médiévales dans nos nombreux voyages, mais celle-ci est un 5 étoiles. Malgré que la forteresse ne soit plus vraiment en état, on peut entrer et se promener à l’intérieur des murs. J’ai pu me promener partout, marcher sur les toits, c’était vraiment bien, mais j’ai fait vite car ma chérie et bébé m’attendaient à l’extérieur des murs….ce n’est pas sécuritaire de s’y aventurer.

Presque adossée à la forteresse, une belle église blanche avec un clocher nous a offert la possibilité de monter sur son toit tout à fait sécuritairement et légalement. On en a profité pour prendre quelques clichés avec Justine, car ça ne risque pas de se répéter de si tôt. J’aurais passer 2 heures encore à me balader dans les ruelles et sur les toits, mais on a de la plage à faire, il est largement passé midi et on a décidé d’aller manger sur le bord de la plage à Kamari. La veille on a juste passé en touriste sur le bord de la plage, cette fois on y va pour y passer quelques heures. On se gare tout près et le bord de la plage est exclusivement réservée aux piétons, ce qui préserve l’atmosphère. On sort donc la poussette et go, on fait l’allée des resto qui se succèdent sur 1 km de long. Je choisis le resto qui a les plus beaux verres à vin, c’est mon point pour choisir. Si un resto se paye des verres à vin à 12$ ou plus la copie, la bouffe, le chef et les plat sont très souvent à la hauteur !

Le diner fut excellent, copieux, salade, poisson, poulet, vin blanc, vue sur la plage et les bikinis, que demander de plus. Chérie et bébé sont belles, de bonne humeur et Justine fait des sourires à tout le monde, une vraie guidoune. On a super bien bu et mangé, et on avait prévu aller à la plage, mais on change les plans, on marchera le long de la plage et on ira visiter le musée du vin, comme cela on fera aussi des dégustations, win-win. C’est toujours mieux que d’aller faire le bacon sur la plage, surtout qu’on a laissé les maillots à l’hôtel.

Une fois l’aller-retour sur la plage fait, on arrive au musée du vin à quelques minutes à peine de la plage. Il est ouvert jusqu’à 7 heures ce qui est super pratique comme activité à faire en touriste après la journée à la plage. Dès la sortie du parking, c’est un décor de vignes qui nous accueille avec divers articles pour la fabrication du vin. La visite est constituée d’un passage dans les caves d’un ancien vignoble, vraiment authentique et super bien aménagé. Le coût d’entrée inclus un audioguide en français qui raconte toutes les mini expositions le long du parcourt. Archi intéressant et authentique, car les machines et outils sont tous ceux utilisés dans l’ile il y a des centaines d’années manipulés par des mannequins mécaniques sous un éclairage charmant. Les commentaires de l’audioguide sont simples, brefs et super intéressants.

Après la visite, nous avons dégusté rapidement quatre vins, un blanc, un rouge et deux vins liquoreux. On a fait vite à la fin, car Justine est super fatiguée, on a atteint les limites de sa patience et elle bougonne un peu. On lui refilerait bien un petit verre de rouge à 13% d’alcool, mais la DPJ n’aimerait pas. Quatre bons vins locaux, mais comme on voyage en sac à dos, on a zéro place, donc on ne fait aucun achat.

On doit se rendre à la ville de Fira, la capitale, et la dame de l’hôtel nous offre de nous reconduire. On ira donc porter l’auto à l’agence de location au port et on se fait rembourser les trois jours payés de trop (car finalement on a mal fait nos calculs et de payer pour avoir une auto stationnée durant 3 jours, ça ne vaut pas la peine). Ouf pas si simple, il trouve une légère égratignure sur le devant de la voiture… Supposément 150 euro pour réparer… Oui oui, pas sûr, mais on est dans le tord, j’ai un peu trop avancé une fois dans un parking et j’ai effectivement accroché, c’est surement ça ! Et en plus ils ne veulent pas rembourser les jours de trop. Une longue discussion s’ensuit et pour faire une histoire courte, on paiera 60 euro et il nous laisse partir. Bon ça sent l’arnaque, mais on n’est pas en position forte même si la dame Grecque nous aide en argumentant en grec, et dans les circonstances, une mauvaise entente rapide à l’amiable est mieux que de perdre une journée pour faire réparer nous-même la voiture et devoir de toute façon payer pour. La prochaine fois, soit on fait plus attention ou on prend un voiture plus cabossée.

La dame de notre hôtel est désolée pour le problème avec la voiture, mais comme on dit, il n’y a pas mort d’homme, alors la vie continue. Elle vient nous reconduire directement à notre hôtel pour les deux prochaines nuits. Un bel hôtel avec piscine avec vue sur les plaines de l’île, de l’autre côté de la rue des commerces et resto, on ne peut pas demander mieux. La dame nous accueille chaleureusement et nous installe dans notre chambre avec une basinette. Pendant que maman et bébé prennent leur souche, je déballe les sacs, prend ma douche à mon tour pour ensuite aller chercher 2 gyros à manger rapido. Je passe à travers les nombreux commerces et croise un “fish spa”… j’ai toujours rêvé d’essayer ça, j’irai demain c’est certain, et je vous raconterai.

Donc, routine habituelle, manger avec bébé, allaiter bébé, écrire les posts, trier les photos, corriger les fautes, préparer la journée de demain et enfin dodo. On ne fait pas un gros “night life” dans les bars hein, eh! C’est ça la vie de famille et de toute façon, on a zéro intérêt à ça. On visite, on s’imprègne de la ville, de son histoire, de ses particularités, on prend des centaines de photos, on fait des randos, on se fait des souvenirs.

Marc-André

[Photos de la Grèce (jour 8) Emporio partie 1]

[Photos de la Grèce (jour 8) Emporio partie 2]


One Response

  1. Lise 13/06/2013 at 13:39 #

    Un petit nain de jardin Grecque ça me plaît. On a bien hâte de vous retrouver et de parcourir ces chemins avec vous…en photos. Liz & Jack

Leave a Reply