Autriche (jour 5) ski à Innsbruck (Igls)

Cet article a 927 mots. Il vous faudra environ 3 minutes, 5 secondes pour le lire.

Vendredi 12 mars 2010: Nous voilà rendus à notre dernière journée de ski en Autriche. C’est après une longue analyse et comparaison des 7 différentes stations offertes avec le billet de ski d’Innsbruck que l’on choisi la montagne dans le village de Igls 900m-2’250m, le mont Patscherkofel. C’est tout petit et pas très haut, mais cette station a deux avantages: elle est très très près de notre hotel et de l’autouroute et l’offre télésiges/pistes est intéressante. Même s’il n’y a pas trop de pistes et de télésièges, on peut faire les pistes de haut en bas et remonter directement au sommet… ce qui est plutôt rare ici. Si c’est vraiment poche, on pourra toujours prendre le shuttle et transférer à n’importe quelle des 6 autres montagnes, c’est inclus dans le billet. Heureusement, on n’aura pas à le faire… on a pris une bonne décision, continuez à lire, vous comprendrez.

C’est donc, selon la documentation, une montagne qui a été développée pour les olympiques, c’est donc pentu et presque juste des pistes rouges. On est content! Aussi tout est olympique ici, télécabine olympique, piste olympique, restaurant olympique. La première cabine que l’on prend pour se rendre au sommet en une fois date vraiment des année olympiques, c’est-à-dire 1976. C’est tout juste si elle ne fonctionne pas au charbon, mais c’est ok, on se rend en haut. Pour le reste des chaises, c’est très haute technologie, des chaises neuves. On a aussi pris de petites chaises à une place avec une chainette comme garde pour ne pas tomber, c’était vraiment n’importe quoi la sécurite dans les années 70, mais bon, on a survécu.

Dès la première descente, la piste est parfaite, bien pentue, avec 1’000 mètres de dénivelé, assez pour se payer une vrai descente olympique, pourquoi pas! Aussi, étant entourés de plus gros centres de ski, cette montagne est un peu délaissée par les gens, on est donc très peu sur les pistes, c’est parfait. Il n’y a aucune piste facile, donc pas d’enfants et peu de snowboarders, c’est vraiment un bon choix que nous avons fait, sans avoir pensé à tous ces avantages collatéraux. C’est une belle journée de ski et même si on refait et refait les mêmes pistes, c’est toujours aussi agréable.

Le gros soleil est encore au rendez-vous et il n’y a pas de vent. Notre peau nue, sans crème solaire commence à s’en ressentir et on bronze en raton laveur avec une belle marque de lunette de ski… mais bon, je n’ai pas de défilé de mode cette semaine, ça ne sera pas trop grave! On a commencé la journée une heure plus tôt, car c’est à peine à 15 minutes de l’hotel, on finira donc plus tôt pour se taper les 5:30 de route et un petit souper pour couper le trajet.

A trois heures, on est dans l’auto, prêts à partir, petit changement de vêtements et c’est un départ. Le GPS nous confirme les 600 km, tout est parfait. On ne s’égarera pas, on rencontrera 40 minutes de traffic en passant près de Zurich, mais rien de bien grave, on arrivera un petit peu plus tard c’est tout. On s’arrête dans une halte routière avec plein de magasins et de restaurants et j’ai la grande joie de retrouver un de mes restaurant préféré de Montréal, le Mövenpick. On mange ici c’est certain, tout a l’air tellement bon. Après avoir mangé, c’est reparti.

Cette semaine, on aura parcouru à peu près 1’800 km de route, c’est toute une trotte, mais on a skié sur des montagnes magnifiques, on a eu des conditions impecables presque partout et on a terminé sans blessure ni accident. J’ai deux gros bleus sur les cuisses à cause des chutes lors de carving un peu trop prononcés, mais c’est juste de ma faute, je testais la limite pour des virages très très anglés.

Il reste tellement de montagnes à skier que l’on quittera la Suisse et l’Europe en en ayant skié que quelques une. Les plus grandes, les plus hautes, les plus connues surement, mais aussi celles qui nous ont été suggérées par des amis. On aura encore l’occasion de skier cette année et l’année prochaine, mais là ça sent vraiment le printemps, les vélos vont sortir bientôt. On rangera nos ski sans aucun regret car cette année on en a eu pour notre bonheur. Brigitte et moi finissons la saison un peu meilleurs dans notre technique et aussi avec plein de paysages dans la tête. J’espère que vous apprécierez les photos, mais rien ne vaut d’être sur place. Face aux montagnes on se sent tellement petit, tellement insignifiant, ça nous remet en perspective et nous rapproche aussi des choses importantes dans notre quotidien.

Je vous ai aussi fait une série de photos panoramiques. Elles incluent toutes les journées dans un slideshow, car c’est vraiment long à faire et elles n’étaient pas prêtes lors des autres posts.

mam

[Photos de Igls]

[Panoramas d’Autriche]


One Response

  1. yvonet line 30/03/2010 at 01:27 #

    vraiement grandiose, randonnée de ski de rêve, profitez-en en masse chanceux.xxx

Leave a Reply