Première sortie de ski : Verbier

Cet article a 1123 mots. Il vous faudra environ 3 minutes, 44 secondes pour le lire.

Samedi et dimanche 4-5 décembre 2010: Ca y est, c’est fait, la première sortie de ski de l’année. On commence en force, deux jours de suite. On a loué une auto pour se rendre à Verbier (1’500m-3’330m) 1’830 mètres de dénivelé et plus de 80 pistes, une grande station Suisse à deux heures de route de Genève. Tant qu’à y être on va y skier les deux jours pour bien la connaître et surtout pour profiter de la nouvelle neige fraichement tombée.

Pour eux aussi c’est la première journée, c’est l’ouverture, tout n’est pas encore bien rodé et la queue aux caisses est très longue, ça n’avance pas et on passera facilement 45 minutes juste pour prendre les billets. Ouin ça commence mal, mais ne faut pas leur en vouloir ils n’attendaient peut-être pas autant de monde. Ici en ce premier jour d’ouverture c’est la foule, on se croirait à Tremblant une fin de semaine.

Le domaine skiable est vaste et est desservi par beaucoup de chaises, gondoles, téléphériques etc. Toutes les pistes ne sont pas encore ouvertes et on se contente de skier 3 versants pour cette fin de semaine. C’est certain que les gens sont obligés de skier tous dans le même coin, on se pile un peu dessus, mais ça va juste aller en s’améliorant durant la saison. Il fait froid, assez froid. Ici en Suisse ils ont un minimum pour l’hiver de -10 et on y était déjà. Un magnifique ciel bleu, sans nuage, du beau soleil qui nous faisait pas oublier qu’il fallait être habillés comme des momies, ne fallait pas laisser un bout de peau non couvert.

Le récente neige tombée nous donnait des conditions de poudreuse sur fond dur avec endroit découvert et cailloux ici et là. C’était donc un peut dur de skier correctement entre les tapons de neige et les parties dégarnies. Brigitte a recommencé la saison avec un recul en terme de technique et de confiance. Avec les gens et les conditions très très variables ça n’aide pas à se concentrer sur le ski. Aussi il n’y a pas une tonne de piste avec des conditions correctes et on fait surtout des tests et du repérage pour enfin trouver une section où l’on s’amuse plus.

Ah oui, ici il y a une caractéristique spéciale. Il y a des remontes pentes hybrides, c-a-d 4 chaises, 1 cabine, 4 chaises, 1 cabine. Alors tu peux choisir d’enlever tes skis et monter en cabine ou passer le tourniquet et monter en chaise.

La premiere journée fut courte, on commença à skier à 11:30, malgré que l’on était au village vers 10:30! On termine la journée à la fermeture quand même, 4:30 et on se cherche un petit hotel pour dormir. Ouin, contrairement à nos bonnes habitude de réserver un hotel d’avance sur internet (notre ami!) on s’est dit que l’on allait se prendre un hotel hors de la ville de Verbier, car ici les nuits d’hotel c’est 350-500$/nuit, ça fait une fin de semaine assez dispendieuse. Sinon, sur internet, ce qu’on avait trouvé n’offrait que des locations à la semaine, aucune n’offrait une seule nuit.

Après 10 km en dehors du village, notre ami GPS nous dit qu’il y a un hotel “de la gare” tout près dans le village de Sembrancher (bo ti nom hein !)… c’est sur il y a une gare de train. On prend un petit détour dans un minuscule village où l’auto passe tout juste entre les maisons tellement les rues sont étroites. On arrive finalement à un hotel, la seule maison éclairée des alentours. C’est mort, mais il y a tout de même trois jeunes qui jouent au dard à l’intérieur du bar au premier étage. Je m’informe pour la chambre, bien oui ils louent des chambres 50$/nuit/personne… un deal! Petite douche rapide et on se rhabille pour aller souper. On se paye un bon souper dans un restaurant italien du gros village de Verbier. Le souper ne nous coûtera même pas 60 CHF c’est une super méga deal ! (et aussi il y avait une erreur sur la facture….il manquait le vin…ça aide!). On dormira bien, nous n’avons pas été dérangés dans notre village fantôme.

Au réveil, il y a déjà 2-3 habitués de la place qui viennent prendre le petit café et même leur bière à 9h am! Aujourd’hui après le petit déjeuner on profitera au max de la journée, car ils annoncent de la neige, c-a-d que l’on ne verra plus rien. C’est déjà couvert quand on retourne sur nos pistes préférées d’hier. Ils ont eu les temps de passer les machines et les conditions sont parfaites. Il y a nettement moins de monde qu’hier alors on en profite pour faire et refaire les plus belles pistes de la partie de “La Chaux”. Après un petit diner aux crêpes bretonnes on retourne sur les pistes, mais il fait encore moins beau, il va neiger très bientôt et rapidement on ne voit plus rien devant nous. On skiera jusqu’à 2:30 et terminerons dans des conditions complètement pourries, zéro visibilité il neige horizontalement! Il y a 3 aveugles qui faisaient du ski (avec deux guides chaque), j’aurais voulu leur demander si quand on ne voyait rien à cause de la neige si eux ça les dérangeait? J’imagine que d’être aveugle ça n’empêche pas d’avoir le sens de l’humour! bon ok je ne suis pas drôle!

Grâce aux pistes mieux damées, Brigitte est revenue avec sa confiance et son style plus fluide de l’année passée, ouf elle ne l’a pas perdu! Ce fut donc une belle fin de semaine, les conditions n’étaient pas parfaites, mais notre forme non plus, c’était plus pour nous casser avant les grandes sorties. On a bien sûr réservé toutes les sorties avec l’association de quartier Pré-en-Bulle. On ira skier aussi avec les parents à Brigitte qui reviennent nous voir pour la dernière fois en Suisse. Ouin, on a commencé à faire les choses pour la dernière fois…dernier automne, dernier hiver, dernier ski dans les Alpes, derniers voyages, dernier hicking etc etc avant notre retour au Québec.

MAM et Brigitte

[Photos de Verbier]


One Response

  1. Cécile Ménard 11/12/2010 at 14:38 #

    Marc André, Je trouve vos descriptions de ski super, c’est à faire rêver.
    Merci à Dieu de vous garder en si super forme. Aucun de cours de géo au Québec pourrait vous instruire avec autant d’amplitude. J’ai hâte de vous revoir. Vous n’aurez pas assez d’une vie pour nous raconter toutes ces expériences de vive voix.
    Merci de me partager votre bonheur. Tante Cécile Joyeux Noël !

Leave a Reply