Chine (jour 22) Beijing (Pékin), la capitale

Cet article a 1802 mots. Il vous faudra environ 6 minutes pour le lire.

Chargement
Centrer
Circulation
A vélo
Transports

Lundi 22 août 2011: Après la nuit dans un train, on a bien dormi et ce matin, tôt vers 7:30 on se réveille question de manger un petit peu, mais ce ne sera pas assez pour passer la journée. On demandera à notre guide d’aller au McDo pour déjeuner, car ce n’est pas nos deux biscuits et notre verre de jus d’orange qui nous soutiendront. On n’est pas fiers de manger du fastfood pour déjeuner, mais on s’y replie puisqu’on connait et que ça bouche un trou. Heureusement que c’est juste en vacances que l’on mange cette cochonnerie, car il y a tellement plein de places meilleures que ça!

On arrive à la gare avec 15 minutes d’avance, ce qui fait qu’on arrive avant notre guide qui a mis plus de 1:45 heure pour venir nous chercher ce matin à cause du trafic. On se retrouve enfin après quelques aller-retour dans la section de quais d’arrivée. On rejoint notre chauffeur dans sa belle voiture noire et on se lance dans le trafic matinal de la capitale chinoise. En effet, Beijing est le centre politique, culturel, scientifique et des échanges internationaux de la Chine. Beijing est le nom en chinois de la ville (selon la phonétique) et Pékin est son nom français/anglais. Nous sommes maintenant dans la partie nord de la Chine, mais le climat est tempéré et semi-humide avec des températures actuelles d’environ 30 degrés. Beijing est l’une des célèbres villes historiques et culturelles de la Chine et compte environ 12 millions d’habitants. Elles est devenue une ville moderne grâce au développement rapide de l’urbanisme et d’espaces verts.

Ce matin, nous commençons par la visite de la place Tian’anmen, la plus grande place municipale publique du monde de 500 par 880 mètres et 440’000 mètres carrés située au centre de la ville. Elle est connue pour des événements plus ou moins glorieux de la Chine que je ne relaterai pas ici, question de rester politiquement correct. D’ailleurs notre guide n’a fait aucune mention de ce fameux événement. On peut par contre dire que cette place est entourée par le Palais de l’Assemblée du peuple, le musée national de Chine et le Monument aux héros du peuple. Aussi en son centre il y a le grand monument à la mémoire du président Mao Zedong. Mao, ce grand président qui a libéré le peuple avec la révolution et a réformé l’écriture pour faciliter l’apprentissage à tout son peuple et a aussi fait entrer la Chine dans la modernité.

On peut critiquer les politiques de la Chine, sa gestion des crises et ses politiques internes, mais il ne faut surtout la juger par rapport à nos références culturelles de l’ouest, mais à ce qu’elle était avant la révolution. Pour un pays comme la Chine, le communisme est révolutionnaire et pour nous les même politiques sont vues comme rétrogradées et dépassées. La Chine par son positionnement, son évolution et la force de sa population est en train de devenir un exemple de succès global tant au niveau politique qu’économique. Il est faux de dire que la Chine est communiste pur, c’est plutôt un système politique d’idéologie communiste avec un système économique capitaliste partiellement ouvert. Juste à voir les petits commerces partout, les commerçants qui installent leur petite nappe directement sur le trottoir, dans un parc ou sur la rue…les commerces, c’est le coeur de la vie de beaucoup de Chinois. Tous les moyens sont bons pour faire de l’argent et même s’il y a de la concurrence, le marché est tellement vaste qu’il y a de la place pour tous. Juste à voir le papier monnaie, c’est sale et usé, ça a dû changer de mains des milliers de fois.

Bon, revenons à la place Tian’anmen où il faut faire la file (encore) et être scannés (encore) et être contrôlés (encore) pour entrer sur une grande place vide et en béton. A part être grande et plein de monde, il n’y a rien vraiment de particulier à voir. Il fait atrocement chaud, plus de 30 degrés et l’humidité est accablante, 100% au moins et selon notre guide, c’est frais aujourd’hui. Elle porte une blouse rouge à manches longues (oui oui), pantalon long, lunettes fumées, chapeau à large bord de type plage, des gants (oui oui) et une ombrelle pour se protéger du soleil que l’on ne voit jamais tellement l’air est épais de smog et pollution; vous verrez par vous-même le contraste avec Brigitte sur une photo d’elles ensemble! Je vous le dit d’avance, les photos sont moches, c’est comme si on avait un grand voile blanc devant nous. Une bâtisse à 100 mètres est déjà pale à l’oeil nu et un à 500 mètres disparait presque derrière une épaisse brume blanche.

[Photos de Chine (jour 22) Beijing – Place Tian’anmen]

On traverse la place pour arriver à la Cité Interdite (ou Palais impérial). Pour y arriver, on passe sous l’avenue ouest-est et de fois 6 voies de large ce qui en fait la plus grande avenue de Chine. Nous arrivons face à la première porte où le portrait de Mao en grand est accroché entre deux slogans populaires. A gauche on peut lire “Vive la république populaire de la Chine” et à droite “Vive la grande union du peuple mondial”. Aussi, on a vu le drapeau de la Chine sur lequel sont dessinées cinq étoiles dont une plus grande qui signifie le communisme et quatre petites représentant les étudiants, les ouvriers, les intellectuels et les paysans. A l’époque de la création du drapeau, les commerçants n’existaient pas encore, raison pour laquelle aucune étoile ne les représente.

Cinq arches permettent de passer la porte dont celle du centre était réservée à l’empereur, les deux autres aux dignitaires et celles à l’extrémité pour la famille de l’empereur. Le Palais est constitué de la cour extérieure contenant les sections administratives seulement accessibles par l’empereur et dignitaires et de la cour intérieure constituée des habitations et jardins où 24 empereurs y ont vécu. Le Palais n’était pas accessible par le peuple, seuls quelques membres sélectes pouvaient y avoir accès. Ce n’est qu’en 1925 que le site a été ouvert au public. La construction du Palais a commencé en 1406 et a pris fin 14 ans après. Il a nécessité 10’000 maîtres d’oeuvre et 1’000’000 d’ouvriers!!!!! et ce, en même temps que la fameuse muraille de Chine était en construction et qui employait une quantité aussi phénoménale de gens, tout le monde travaillait pour cet empereur à cette époque!

On suit notre guide Sophie qui nous commente l’endroit et nous fait passer successivement par les diverses portes. Les portes sont suivies de palais ou de pavillons où l’empereur du temps pouvait recevoir les dirigeants des régions de la Chine, les hauts fonctionnaires, calculer les impôts reçus des paysans et diriger le pays. Nous avons appris que l’empereur pouvait avoir plusieurs femmes, habituellement au nombre de 72. Il y a en fait cinq niveaux ou grades dans ses femmes. En commençant par la plus importante, l’impératrice (la seule avec qui il se mariait), la concubine impériale, la concubine, la fille d’attente et la fille à l’appel. Il pouvait ne jamais avoir vu une de ses femmes qui passait son temps dans le jardin en espérant seulement rencontrer l’empereur….imaginez!

Contrairement au film “le dernier empereur” où le Palais impérial est meublé, maintenant les pièces sont presque vides sauf un trône au centre. On peut admirer de loin, seulement après une bousculade pour se rendre proche de la barrière qui nous offre une petite ouverture pour voir l’intérieur. Nous avons vu principalement trois salles de l’harmonie, en premier celle de l’harmonie suprême pour l’empereur, ensuite celle de l’harmonie parfaite et finalement celle de l’harmonie préservée. Chacune a une particularité et utilité spéciale, mais maintenant ce ne sont que des bâtisses identiques ou presque. A l’époque, il y avait 9’999 pièces et demi puisque 9 représente la longévité pour les Chinois et que 10’000 représente le Palais Céleste. Ainsi l’empereur se voyait juste avant le Palais Céleste. Aussi, sur tous les buildings destinés à l’empereur, il y a des dragons sculptés ou en statues puisque dragon signifie empereur.

La partie la plus intéressante est sans doute les jardins impériaux où l’empereur se reposait et s’amusait (?!) avec ses femmes. C’est extrêmement beau, bien aménagé avec de petits pavillons, des arbres plusieurs fois centenaire, de mini collines de pierre avec balcon et des petits étangs avec poissons. On y a passé plus de la moitié du temps et pris beaucoup de photos, car c’est très joli. On a même visité une boutique où j’ai acheté quatre beaux tableaux qui représentent les quatre saisons dans un style très typique. On a sûrement payé le prix “touriste”, mais on a bien négociés et payé un bon prix selon nos standards. En plus, l’argent va à l’artiste qui nous a vendu ses toiles pour ses cours, car il est toujours à l’école des beaux arts… vrai ou non on ne saura pas.

[Photos de Chine (jour 22) Beijing – Cité Interdite]

La journée se termine tôt, il est 3h et on est déjà à l’hôtel pour se reposer un peu et marcher par nous même dans la ville parmi les petits commerçants (encore) et la vieille ville. Toutefois, ici il n’y a pas de vieille ville comme dans les autres villes que nous avons visitées puisqu’il y a eu une croissance importante ces dix-quinze dernières années. On marche cependant dans les vieilles rues avec des étals des paysans partout avec fruits, légumes et viandes. On se cherche un petit restaurant, mais sans succès alors on se prend quelques plats cuisinés maison par une commerçante et les mangeons dans notre chambre d’hôtel avec un quart de melon d’eau.

[Photos de Chine (jour 22) Beijing – Ville et marché]

Marc-André


No reviews yet.

Leave a Reply