Cayo Coco, Cuba

Cet article a 1649 mots. Il vous faudra environ 5 minutes, 29 secondes pour le lire.

_MG_128017 au 24 novembre 2018 : On s’est payé une semaine à Cayo Coco, Cuba pour recharger nos batteries après deux mois intenses au travail et avant la grosse période des impôts. Une semaine en couple sans enfant pour s’évader, se changer les idées et se retrouver.

Il fait plus de 30 degrés à notre arrivée à 22h. Nous logeons au Mélia Jardines del Rey, qui veut dire jardin du roi, un très grand complexe hôtelier avec une vingtaine de bungalows de 40 chambres chacun. Deux immenses piscines, un très long bord de plage de sable doré à perte de vue, 4 resto à la carte, 2 buffets, 1 snack bar ouvert 24h, plusieurs bars un peu partout, des chaises de plage et des lits en plus d’un espace théâtre dans le lobby… en fait tout ce qu’il faut pour relaxer.

[Photos Hôtel Jardines del Rey, Cuba]

Lors de notre séjour, nous avons couru et marché sur la longue plage, on s’est baigné toute la semaine dans la mer calme et très propre. Nous avons profité de la location gratuite de kayak pendant 1h pour aller naviguer dans les vagues. On a aussi fait un tour de catamaran à partir de la plage de l’hôtel jusqu’à une barrière de corail au large avec 1 h en apnée pour aller voir les poissons exotiques. On leur avait apporté du pain et on a pris plein de vidéos et de photos.

Malgré que Cuba ne soit pas reconnu pour la qualité de la nourriture, les buffets offraient diverses stations de nourriture préparée par un chef selon nos demandes. Le matin, il y avait une station avec un chef qui faisait des crêpes à notre goût et deux autres pour les omelettes ou œuf au choix. Le midi et soir, nous avions plusieurs choix en plus du buffet chaud et froid. Une station de grillades de porc, boeuf et poulet, une pour les pizzas fait sur place de 3-4 sortes à croûte mince, une autre pour les poissons et enfin une pour les pâtes. Les drinks, toujours inclus à volonté tout au long de la journée, nous gardaient hydratés… le rhum coulait à flot et un peu d’eau ici et là pour diluer le tout. Le vin blanc et rouge était d’acceptable à assez bon selon le moment de la journée et l’endroit où on le commandait.

Pour s’assurer une place dans les restaurants à la carte, malgré qu’on soit en dehors de la haute saison, il fallait réserver les 3 soirs au début de notre séjour. Nous avions réservé au restaurant International bistro, Oriental et au Méditerranéen. Bizarrement, ce qu’on nous servait était souvent différent de ce que nous avions commandé. L’oriental n’avait rien d’oriental avec un boeuf bourguignon en remplacement du bœuf teriyaki par exemple. Heureusement les portions étaient généreuses et le goût était bon. L’ambiance était tranquille et romantique, surtout lorsqu’ils ont placé les chandelles à fondue dans une coupe remplie d’eau le soir où il y a eu une panne d’électricité sans retarder le déroulement du repas. Nos soupers au buffet étaient nettement moins romantiques à manger dans une grande cafétéria de 500 places où ça parlait fort, l’attente aux diverses stations était longue.

_MG_1280Nous avions sélectionné une excursion à la plage de Pilar à Cayo Guillermo qui, selon notre guide, est une des plus belle plage du monde….ou voulait-il dire de la région. Après un court trajet en autobus, on arrive à une grande plage tranquille. Il n’y a pas vraiment d’installation, sauf une hutte pour le grill et des chaises et des parasols. On a marché de long en large sur la courte plage de sable très fin comme de la farine et l’eau bleu turquoise. On y a vu des crabes. L’excursion incluait une assiette de demi langouste, crevette et poisson ou de poulet qui étaient délicieux. Sans être un WOW, nous avons doublement apprécié l’escapade, car il a plu à verse toute la journée à l’hôtel pendant que nous étions au gros soleil à la plage.

[Photos plage Pilar, Cuba]

On s’est aussi payé une journée d’expédition plus sportive appelée “Jeep on”. C’est une excursion d’une journée où l’on conduit une petite jeep de type Tracker jusqu’à Cayo Guillermo pour y faire une sortie en speedboat. Nous pilotions également notre propre bateau avec un moteur 40 forces à la queue leu leu entre les îlots de verdure et sur le lac à vive allure jusqu’à un endroit où l’on a fait de l’apnée dans une petite lagune de 120 mètres. On y a vu une gigantesque étoile de mer et des centaines de poissons plus ou moins exotiques. Ils ont beaucoup apprécié le pain et la banane du buffet. Sur le trajet du retour en bateau, on s’est fait un peu peur dans les virages, car le bateau était presque à la verticale.

À nouveau à bord de notre jeep, on fait un arrêt au bar sur le long pont qui relie Cayo Coco à l’île principale de Cuba. Un endroit reconnu pour son vrai pina colada servi dans un ananas frais et une bonne quantité de rhum de 7 ans d’âge qu’on a siroté dans une hutte sur pilotis. C’était délicieux et pas trop cher, 5 pesos ! On a pris quelques photos du haut de la haute chaise jaune pour la vue sur l’eau. On a eu la chance de voir quelques vieux taxis qui s’y sont arrêtés.

Sur l’île de Cuba, on fait un arrêt dans une ancienne pourvoirie pour diner avec du poisson frit au menu et une vue sur le lac. Par la suite, nous avons visité la ville de Moron. La visite est très très superficielle, quelques explications sur le fonctionnement des maisons et commerces qui bordent la rue principale pour finalement nous amener directement dans les boutiques à touristes. Nous n’achetons pas de cadeau ni de gugusse, le temps va être long. On fait quand même le tour pour être poli, et on tombe sur un beau kit de bijoux boucle d’oreilles, bracelet et collier réversible à prix très raisonnable. Il est beau et Brigitte l’aime alors je lui offre en cadeau. Elle l’a porté tout le reste de la semaine pour nos soupers en amoureux.

Les boutiques sont en fait la pièce avant des maisons privées qui sert de commerce le jour et de salle commune, cuisine ou chambre le soir. Ils peuvent opérer ou louer l’espace pour un salon de coiffure ou une boutique de réparation de cellulaires ou encore pour faire des ongles. C’est une façon de rentabiliser et de faire de l’argent. Cette ville semble figée dans le temps des années 1960 avec les ânes qui parcourent les rues, les vieilles voitures américaines, les vélos et les camions chinois ou russes.

_MG_1280De retour à bord de la jeep, on prend la direction de la seule et plus haute montagne des environs pour une montée abrupte et chaotique dans la montagne jusqu’à un point d’observation. C’est très sportif et les jeeps sont mis à l’épreuve. On se fait bardasser sérieusement et on ne se demande plus pourquoi les jeeps sont en aussi mauvais état, la direction complètement croche et les pneus extrêmement usés. Du haut de la tour d’observation, on a une vue sublime sur les plaines environnantes, le long pont que nous avons franchi plus tôt, les îles de Cayo Guillermo et Cayo Coco ainsi que l’océan atlantique à perte de vue.

Dernier arrêt avant de retourner à l’hôtel, une ferme d’élevage de crocodiles. On pouvait, si l’on payait la modique somme de 1 pesos, prendre une photo avec un croco de 4 moi et Brigitte a même pris une photo avec un bébé de quelques semaines… ça lui a demandé tout son courage, car elle n’aime pas du tout la texture… On a terminé la visite en nourrissant les crocodiles adultes, qui se faisaient chauffer au soleil la bouche ouverte pour se rafraichir dans une immobilité totale jusqu’à ce que la nourriture passe sous leur nez et qu’ils croquent furtivement.

[Photos excursion Jeep on, Cuba]

Lors d’une autre journée, nous sommes allés visiter un autre hôtel de la suite Mélia qui était tout près, le Mélia Cayo Coco un hôtel 5 étoiles pour adultes seulement. Très chic, plus petit, super ambiance, beau décor, chambre sur pilotis, très romantique et blanc partout pour une ambiance méditerranéenne. La plage est super belle, mais plus petite celle de notre hôtel. Le diner sur le bord de la plage avec une vue sur la mer au son d’un orchestre local dans un décor enchanteur était sublime.

[Photos Hôtel Melia Cayo Coco, Cuba]

Que dire des soirées spectacles grandioses dans l’amphithéâtre ou le lobby. Une troupe de danseurs professionnels nous offrait des numéros de qualité soir après soir. Des pas de ballet sur pointe, de la claquette, du trapèze, de la danse classique ou chorégraphiée, c’était très varié et divertissant.

[Photos spectacles, Cuba]

Nous journées se résumaient à faire de longues marches sur la plage dans une immense baie, à cueillir des coquillages, plein plein de coquillages, pour nous et les enfants. Des vacances reposantes et bien remplies qui nous laissent plein de beaux souvenirs.


2 Responses

  1. yvon line 15/12/2018 at 08:07 #

    merdi. Joyeuses fêtes

  2. Ménard Cécile 17/12/2018 at 20:27 #

    Vous avez vue un pays de contrastes, si près d’Haïti. Quelle belle nature!
    Merci du partage.
    Cécile

Leave a Reply