Portugal (jour 1) Lisbonne

Jour 1, Lundi 6 juillet : Pour la dernière semaine de vacances, on a décidé d’aller au Portugal, une destination, plus précisément Porto, très attendue par Marc-André. On s’est levé à 4h30…OUF! pour prendre l’avion à 7h. Le vol s’est bien déroulé, mais la fille assise derrière nous est une vraie pie.

Arrivés à Lisbonne, on va porter nos sacs à l’hotel et ensuite on part à la découverte de la ville. Avant de commencer le récit de notre journée, il est important de savoir que Lisbonne (Lisboa en portugais) est la capitale portugaise qui est bâtie sur sept collines qui dominent l’estuaire du Taje, au sud du Portugal. C’est de là que sont partis les vaisseaux des grands explorateurs comme Vasco de Gama et Cabral et Lisbonne bénéficie des retombées des découvertes qui rapportent beaucoup à cette époque. D’ailleurs, plusieurs monuments ont été construits à cette même période.

Aussi, le 1er novembre 1755, un tremblement de terre transforme Lisbonne en un champ de ruines et près du tiers de la ville est détruit par le séisme et l’incendie qui s’ensuit. C’est une date super importante, car on l’a vu partout dans toutes nos visites puisque ça a influencé beaucoup l’architecture de la ville. Les bâtisses reconstruites sont plus basses, plus solides et dans un style différent.

Enfin, nous avons remarqué qu’il y a beaucoup de céramique de tous genres sur les murs des bâtisses. En fait, c’est pour embellir la ville et sans doute pour montrer un peu de sa richesse. Ca nous a donné une idée, soit de les prendre en photo et de bâtir une base de donnée que Marc-André mettra sur internet.

Donc, on a commencé avec l’itinéraire 1 de notre livre – la Baixa. Il faut partir de l’hopital où on se rend assez facilement. Toutefois, une fois rendue sur place, on ne trouve pas la fameuse rue par laquelle le vrai trajet débute. La meilleure façon de trouver, c’est de marcher et de regarder les autres noms de rues pour bien se situer sur la carte. Ca nous a pris presque 30 minutes pour bien se situer et finalement revenir au même point…..c’était la rue d’à côté!

On passe là où il y avait le premier téléphérique sur rail de la ville. Comme la ville est fait sur le flan de collines, il fallait trouver des moyens de monter plus haut facilement. Le rail n’est pas long, mais le dénivelé est important. Notre itinéraire nous mène ensuite dans une petite rue piétonne avec plusieurs terrasses et petites boutiques. Ce sont les rues que je préfère, c’est là qu’il y a de la vie tout en étant calme à la fois.

A notre gauche, l’église Sao Domingos se dresse. Elle a été incendiée en 1959 et l’intérieur garde un aspect fantasmagorique. C’est vraiment spécial à voir les murs qui ont changé de couleur, les différents impacts sur le marbre rose, le marbre blanc et la pierre. Tout a été laissé tel quel, mais ils ont réparé le reste pour que l’église soit encore utilisée. En fait, ça crée un sentiment que malgré tout ce qui peut arriver, les murs sont solides et que malgré les dégâts, ça peut être joli (photos 38 @ 46).

A notre sortie, on arrive sur 2 places importantes (praça en portugais). La première, celle de Praça da Figueira d’où on voit le castelo de Sao Jorge qui siège tout en haut de la colline. Au centre, il y a une statue équestre de Jao 1er, roi qui a lancé les premiers navigateurs portugais sur la mer (photos 47 @ 52). La 2e place est la Praça Dom Pedro IV, plus fréquemment appelée Rossio, est le véritable coeur animée de Lisbonne, le point de convergence où se mêlent touristes, foules pressés et petits commerçants. Au centre se dresse la statue de Pedro IV, premier souverain du Brésil avec qui le Portugal a fait beaucoup de commerce (photos 57 @ 75).

Avant de poursuivre notre route, on casse la croûte au Mac Donald, car c’est un terrain connu, mais c’est surtout rapide comparativement aux terrasses voisines. Sur notre chemin, on voit le premier ascenseur vertical de Lisbonne qui est toujours en marche. Ca détonne un peu, car il est situé en plein centre de la rue piétonne entre les bâtisses et c’est assez imposant.

On termine notre premier itinéraire à la Praça do comércio sur le bord du Tage. C’est en construction, donc on ne peut pas remarquer l’ampleur de la place qui mesure 180 X 200 mètres. C’est l’endroit où il y avait le palais de Manuel 1er qui a été détruit lors du séisme de 1755. On passe quelques minutes sur le bord de l’eau, mais comme ce n’est pas vraiment aménagé on ne reste pas longtemps. C’est ce qu’on déplore un peu de Lisbonne, il n’y a pas d’aménagement pour profiter du Tage.

[photos de Lisbonne – Baixa]

On ne fait ni une ni deux, on poursuit avec le 2e itinéraire, car la journée est encore jeune. Cette fois-ci, on se concentre sur la vieille ville et le quartier de l’Alfama, soit le berceau historique de la cité. La Sé, l’une des plus anciennes cathédrales portugaises et le plus ancien édifice religieux de Lisbonne, débute le bal. Sa silhouette de forteresse est typique des premières grandes cathédrales portugaises. Elle a subi plusieurs transformations, principalement suite au tremblement de terre de 1755 (les tours sont maintenant plus basses). L’intérieur est sobre et simple, mais grandiose par ses dimensions. (photos 8 @ 14)

A notre sortie, 2 points de vue sur le quartier de l’Alfama et le Tage avec un beau panorama. On y voit les toits en tuile rouge des maisons, le pont, l’autre rive et quelques bateaux. On a été surpris de voir qu’il y a des bâtisses détruites entre les maisons sur pied, que certains toits étaient démolis tandis que d’autres sont neufs (photos 19 @ 46).

Ensuite, en modifiant le trajet, on se perd jusqu’au Campo de Santa Clara. En fait, on ne se perd jamais vraiment à Lisbonne, on sillonne les rues et les ruelles et on retrouve un nom de rue sur la carte et on reprend notre chemin. De cette façon, on voit comment et où les gens vivent. C’est une vieille ville, alors on a trouvé que c’est vieux, peu entretenu et ça sent la pauvreté. Bien sûr, pas celle comme en Haiti, mais disons les quartiers moins nantis de Montréal. Donc, le Campo de Santa Clara est maintenant devenu le panthéon national qui abrite plusieurs tombeaux de portugais célèbres. On n’a pas pu le visiter, car c’était fermé. (photos 55 @ 61)

[photos de Lisbonne – Alfama]

Toujours en se perdant dans la ville, on prend une ruelle qui débouche sur des ruines. On ne sait pas de quoi, sans doute quelques maisons quelconque. Finalement on abouti au Castelo Sao Jorge, étape tant attendue. C’est une vieille forteresse d’où on a un panorama imprenable sur Lisbonne. Il y a plusieurs tours et une grande terrasse. Il y avait un tournage d’émission télévisée qu’on a regardé quelques minutes sans rien comprendre ni savoir le but. C’est vraiment impressionnant la quantité de roches que ça a pris pour bâtir cette forteresse et surtout d’amener tout ça en haut de la colline. Vraiment, chapeau à ces hommes qui ont fait ça sans outil mécanisé!

[photos de Lisbonne – Castle Sao Jorge]

On a bien voulu attendre que le soleil descende pour prendre des photos plus au coucher du soleil, mais c’est qu’il se couche très tard lui! C’est trop long, alors on retourne marcher au gré des ruelles dans le quartier de l’Alfama jusqu’au Tage. La faim nous dirige vers la petite ruelle piétonne du matin où un serveur nous aborde et nous montre son menu. Vendu, on va à son resto. C’est bon, je mange une spécialité, soit un mijoté quelconque et Marc-André mange un saumon.

Pour retourner vers l’hotel, on traverse la Praça dos Restauradores. C’est une large esplanade rectangulaire où un obélisque de 30 mètres de haut est dédié aux restaurateurs de l’indépendance du Portugal qui se soulevèrent contre la domination espagnole en 1640. Ensuite, on a remonté sur l’avenida da Liberdade (liberté) qui est l’artère la plus large de Lisbonne (90 mètres) et fait 1.5km. (photos 96 @ 114)

Notre nuit de sommeil est bien méritée, c’était une journée bien chargée. Le soleil était de la partie et a bien coloré notre peau.

Brigitte


One Response

  1. yvon 13/07/2009 at 01:22 #

    très beau merci

Leave a Reply