Lac St-Jean (jour 2) Péribonka à Normandin

Cet article a 1112 mots. Il vous faudra environ 3 minutes, 42 secondes pour le lire.

Samedi 23 juin 2012: Une autre excellente journée ensoleillée s’offre à nous, mais cette fois le vent est de la partie. Le tout débute par un succulent petit déjeuner composé d’un soufflé au jambon et fromage avec une variété de fruits coupés et une crème à l’érable. Dès 9h, nous sommes prêts à partir pour parcourir le trajet Péribonka-Normandin qui est reconnu pour être un affront contre le vent. Une bonne partie du trajet se fait dans l’accotement. Malgré qu’il soit assez large, il faut faire attention pour ne pas se faire aspirer et déstabiliser lors de passage de gros camions ou roulottes.

La piste cyclable bifurque par des chemins de campagne et nous sommes entourés de champs verts, de fleurs oranges, jaunes et blanches…que ça sent bon! A Sainte-Jeanne-D’Arc, on fait une halte près des chutes et du moulin. On descend même quelques minutes relaxer sur les gros rochers au bord des remouds. On aperçoit le moulin qu’on peut visiter et on en profite pour faire le tour guidé. Cet endroit est intéressant puisque malgré qu’il ne soit plus opérationnel, il y a encore beaucoup de machines et d’outils. Ce moulin a servi à plusieurs fonctions en même temps; il a été la source électrique pour alimenter le village, un moulin à scie, un moulin à carde pour traiter la laine de mouton ainsi qu’un moulin à grains. Pendant plusieurs années, c’est l’eau du moulin qui faisait tourner les turbines, mais a été remplacé par un moteur diesel lors des dernières années d’opération.

A l’intérieur du moulin, il y avait plusieurs outils divers tel que des scies, faux, pic à glace, machines et outils pour travailler le bois, attelages à chevaux, une baratte à beurre et trieuses à bleuets et avoine. Une grande machine pour nettoyer la laine est présentée avec ses 21 rouleaux. Nous avons pu voir toutes les poulies qui prenaient beaucoup d’espace au rez-de-chaussée ainsi que les turbines au sous-sol. Enfin, il y a un moulin à vent sur le site, don d’un paysan qui inclut tous les objets antiques qu’il possédait allant de la machine à coudre, chaise roulante rudimentaire, lampes à l’huile, chaise de barbier, piano et j’en passe. C’était une vraie caverne d’Ali Baba. La guide, habillée d’une robe d’époque nous raconte l’histoire du site tout en nous montrant les installations. La trentaine de minutes que dura notre visite guidée en vaut la peine, c’est une belle pause enrichissante à prix modique.

La journée au grand soleil se poursuit, bien enduits de crème solaire et ce, de la tête aux pieds sans oublier un petit coin. On traverse Dolbeau-Mistassini avant d’arriver à la rivière Mistassini et la chute des Pères. C’est l’endroit et le moment idéal pour faire la pause diner dans le camping qui longe les chutes. Cette pause est bien méritée et malgré le déjeuner complet pris plus tôt ce matin, nos ventres commencent à crier famine. Un gazebo à l’ombre avec des tables de pic-nic était l’endroit tout désigné pour cette halte.

Après s’être remis de la crème solaire, on poursuit notre trajet de la véloroute contre le vent. C’est une journée plus difficile que la veille simplement à cause de ce vent qui n’est jamais apprécié sauf lorsqu’il souffle comme une petite brise rafraichissante. Heureusement qu’il y a des endroits que nous parcourons entre les conifères et ce, à l’abri. Ces moments plus dans la nature ou à la campagne sont forts appréciés. Sur notre trajet, nous avons croisé quelques bleuetières, mais comme ce n’est pas la saison des bleuets, alors on ne peut pas vraiment en profiter.

Avant d’arriver à Normandin, il y a de petites côtes qui demandent nos dernières énergies et on va puiser dans le fin fonds de nos réserves. On arrive suffisamment tôt à Normandin, village de destination pour la journée, alors on parcourt les 2km additionnels pour se rendre à la fromagerie la Normandinoise dans l’espoir de visiter les installations, déguster le fromage et en acheter pour nos diners des deux prochains jours. Juste comme on commençait à perdre espoir de s’y rendre, la ferme se dresse devant nous. Malheureusement, il n’est pas possible de visiter les installations de la fromagerie sauf à travers la fenêtre. Toutefois, nous avons accès à la boutique et on déguste quelques fromages. Nous arrêtons notre choix sur le succulent fromage cheddar blanc, celui qui goûte et a la texture du fromage en crotte.

C’est maintenant le temps de faire les 5km qui nous séparent du gîte Makadan. C’est ici que j’avais dormi lorsque j’avais fait le tour du lac il y a six ans et puisque cet endroit est vraiment chaleureux, j’ai voulu la revivre avec mon amoureux. Le gîte est à 3-4km à l’extérieur de la véloroute des bleuets, mais le déplacement en vaut la peine. La maison est grande, les deux propriétaires sont vraiment adorables et le petit déjeuner est succulent. Ce soir, c’est assez calme et nous sommes seulement deux couples. Nous rencontrons ainsi Annick et Mario, deux autres braves cyclistes qui en sont à leur deuxième expérience du tour du lac. Nous faisons plus ample connaissance lors du souper que nous partageons au restaurant, auquel la propriétaire du gîte nous y a conduit puisque nous sommes à l’extérieur du village. Ce service est vraiment apprécié puisque ça nous évite de reprendre les vélos qui sont bien rangés dans le garage jusqu’à demain matin. Nous passons une excellente soirée en compagnie de nos nouveaux amis où nous discutons de tout et de rien, de vélo évidemment, de voyage et de famille.

Ceci met fin à la moitié de notre tour du lac. Nous sommes bien en forme et je suis assez surprise par mon rendement malgré mes sept mois de grossesse. Nous avons bien réparti les distances, ce qui nous permet de faire des pauses aussi souvent et longtemps que nécessaire, sans aucune pression de rouler puisqu’il faut arriver à destination. Demain, le trajet devrait être plus facile puisqu’il sera plus en descente et nous aurons une meilleure vue sur le lac.

Brigitte

[Photos de Péribonka à Normandin]


One Response

  1. yvon et Lyne 02/07/2012 at 07:43 #

    oui très bon fromage le meilleur au monde.

Leave a Reply