Chine (jour 25) Arrivée à Shanghai

Cet article a 688 mots. Il vous faudra environ 2 minutes, 17 secondes pour le lire.

Chargement
Centrer
Circulation
A vélo
Transports

Jeudi 25 août 2011: Après avoir mangé notre dernier petit déjeuner chinois tôt le matin, nous sommes prêts pour partir à l’aéroport dès 8ham. C’est un peu tôt, mais selon le chauffeur, il y aura du trafic et mieux vaut arriver trop tôt que trop serré. Finalement, on arrive beaucoup trop tôt, mais nous avons une connexion internet et on peut se mettre à jour dans nos emails et posts.

Nous procédons à l’embarquement à l’heure, mais on reste sur la piste pendant une heure pour attendre notre créneau de décollage à cause du fort achalandage. Une fois décollés, nous avons un court vol de deux heures et on nous sert un diner correct. A l’aéroport, notre chauffeur nous attend pour nous conduire chez Amélie, la cousine de Marc-André, chez qui nous logerons les prochains jours.

En fait, nous arrivons chez DSM, l’entreprise d’Amélie, qui fait le design, la production et la distribution de costumes pour hommes. Nous sommes très bien accueillis et à travers ses tâches qui doivent continuer malgré notre présence, elle nous explique comment ça a commencé, l’évolution et ce qu’ils font maintenant. Ensuite, nous l’accompagnons dans une visite d’usine de production située tout près des bureaux pour découvrir ce monde d’ouvriers du tissus. Cette usine n’appartient pas à Amélie, c’est un fournisseur spécialisé en couture qui travaille pour elle. C’est comme on s’imagine, de grandes lignes de machines à coudre opérées par des chinois avec des piles de vêtements. Chacun fait une petite partie de couture et le fait sur chaque morceau, disons qu’il est le spécialiste de cette couture! Les étapes se succèdent pour coudre chaque pièce jusqu’à l’assemblage final. Il y a une ligne de production distincte pour le veston et pour le pantalon et chacune des lignes a environ 150 personnes/étapes. Un vrai travail de fourmi!

Nous avons l’occasion de voir Amélie oeuvrer dans son domaine, elle examine les pièces, donne ses consignes pour s’assurer de la qualité de la couture et du pressage pour avoir un produit fini à son goût et à celui du client. Elle travaille avec son contrôleur de qualité qui est sur place à l’usine et on perd des bouts de la conversation puisqu’elle discute en chinois, bien oui, elle parle chinois. Amélie est en Chine depuis quinze ans, donc elle est bien établie et connait très bien…elle parle même chinois qu’elle a appris par elle-même avec l’aide de ses employés! C’était vraiment bien de voir ça puisque la Chine est un important marché de fabrication et nous l’avons vu de nos propres yeux, du moins une petite partie. Ça s’ajoute à notre culture et enrichi notre voyage puisqu’aucun programme touristique n’offre ça dans leur itinéraire; merci Amélie!

Après avoir terminé sa journée de travail, nous appelons le chauffeur pour nous conduire à la maison. Vous avez bien compris, elle a son propre chauffeur, non pas pour faire comme dans les grands films et faire sa diva, mais ici c’est indispensable. Pour l’entreprise qui a besoin de faire beaucoup de courses et d’aller-retour et aussi parce que la conduite en Chine est périlleuse, alors mieux vaut ne pas conduire par soi-même. Toutefois, elle conduit quand même à quelques occasions. Ainsi, nous avons un chauffeur à disposition pour nous conduire où on veut.

Ils habitent dans un très joli quartier à l’extérieur du centre et ils ont une grande maison. Ils ont comme voisins principalement des expatriés comme eux (Français et Allemand). On rencontre Gilles, son mari, et Tristan, leur garçon de 11 ans. Nous passons une excellente soirée, les discussions vont dans tous les sens et on savoure le repas qui nous est servi (non, il n’est pas chinois!) accompagné de bon vin.

Brigitte


No reviews yet.

Leave a Reply