Bordeaux (jour 2) – Pomerol, Saint-Emilion et route des Coteaux

Cet article a 1837 mots. Il vous faudra environ 6 minutes, 7 secondes pour le lire.

Dimanche 12juin 2011: Aujourd’hui nous commençons le tour des vignobles de Bordeaux, mais avant de raconter notre journée, permettez-nous de faire un petit survol de Bordeaux en tant que région du vin reconnue mondialement. Bordeaux est considérée par beaucoup comme la capitale mondiale du vin et est la plus vaste région viticole au niveau mondial et sans doute la plus familière en dehors de la France pour ses vins rouges.

Il y a autour de Bordeaux environ 14 000 producteurs de vin, 117 514 hectares de vigne, 400 négociants et un chiffre d’affaires de 14,5 milliards d’euros. La production annuelle est de 700 millions de bouteilles, vins de consommation courante et vins de qualité supérieure confondus. Le vignoble bordelais est subdivisé en cinq régions : l’Entre-Deux-Mers, le Libournais, le Bourgeais-Blayais, les Graves et le Médoc. Les terroirs les plus célèbres sont ceux de Saint-Émilion, Pauillac, Saint-Estèphe, Sauternes et Pomerol. Les vins rouges sont généralement produits à partir de cépages Cabernet-sauvignon, Merlot, Cabernet franc, Petit Verdot, Malbec, et de moins en moins fréquemment de Carménère. Les vins blancs sont produits à partir de cépages Sauvignon blanc, Sémillon et Muscadelle. Lors de notre séjour, nous aurons l’occasion de visiter tous les terroirs et de déguster les vins des différentes régions.

Actuellement, le vignoble bordelais connait une relative crise en raison de la concurrence internationale et de la baisse des prix. Ces dernières années, le nombre de producteurs a diminué de façon significative. D’ailleurs, nous avons appris que plusieurs vignobles sont maintenant la propriété de banques ou sociétés d’investissements puisque les familles ne sont plus capables d’absorber les impacts financiers. Aussi, lors d’une succession, les enfants qui ne travailleront pas dans le vignoble veulent leur portion de l’héritage en argent et l’enfant producteur n’a aucun moyen financier de les payer, alors ils vendent le vignoble aux sociétés. Il reste encore des familles propriétaires et ce, depuis des générations et on sent bien leur motivation et passion pour leur vignoble et métier comparativement aux employés des autres vignobles.

Ceci étant dit, il est fortement recommandé de réserver d’avance pour une visite et dégustation dans un château. La majorité est ouverte au public sous réservation selon une plage horaire, certains sont gratuits, d’autres payants. Nous avions pas réservé avant notre arrivée, alors en ce dimanche matin on fait quelques appels afin de voir par quelle région on pourrait commencer. Malheureusement, ce n’est pas fructueux et on ne réussit à rejoindre personne. Au lieu de perdre notre journée, on commence par la région où nous avions identifié moins de vignobles à visiter.

On se dirige vers St-Emilion puisque la ville est très intéressante à visiter et ne nécessite pas de réservation (elle). Sur le chemin, après avoir quitté l’autoroute, on s’enfonce gentiment dans les vignobles et se promène à travers les châteaux. Un château est composé d’un vignoble et de ses bâtiments qui peuvent aller du plus simple aux grandioses, historique ou moderne. On a l’occasion de voir de beau bâtiments, mais surtout de beaux paysages. Sur la route, on croise une pancarte qui annonce Pomerol à 3km. Comme c’est un terroir célèbre, on décide de faire un petit détour et de s’y promener.

Il y a inscrit “ouvert” devant une petite maison alors on enfile lentement et on hésite à sonner la cloche puisque ça n’a pas l’air très touristique. Une gentille dame vient nous ouvrir et nous accueille chez elle très volontier. Nous sommes chez Thibeaud-Maillet de Pomerol, une des dernières maisons qui est opérée par la famille et ils ont la chance d’avoir une fille qui prendra la relève. Elle nous explique que les autres châteaux de la région sont presque tous gérés par des banques et des ouvriers qui ne sont pas ouverts le week-end ni férié, raison pour laquelle il n’y a personne sur les route, propriétés aujourd’hui. Elle nous fait déguster leur production de Merlot 2008 au goût de fruits rouge et vanille…ce sera une bouteille que nous lui achetons. Elle nous suggère fortement d’aller visiter St-Emilion et nous propose un petit restaurant où aller manger qui est très bon et avec une belle vue sur la ville.

Arrivés à St-Emilion, on arrive devant l’église (église collégiale de Saint-Emilion) qui est pleine à craquer pour une cérémonie de la Pentecôte, nous reviendrons plus tard pour ne pas les déranger. On se dirige alors dans la vieille ville médiévale, avec ses petites ruelles piétonnes, les terrasses et boutiques. L’atmosphère est vraiment agréable, on sent une certaine animation tout en ressentant le calme. On n’est pas les seul en ce dimanche a venir visiter la région, mais comme a notre habitude, on reste assez loin des grande rues touristiques et se perdons dans les ruelles ou on croise de nombreuses boutiques de vin et autres commerces. Nos pas nous mène vers un ancien monastère en partie en ruine avant de se rendre à la tour du roy. C’est une un donjon-citadelle de style roman qui s’élève sur deux étages au-dessus d’une cavité souterraine qui permet d’y accéder et de surplomber la cité médiévale de Saint-Emilion. C’est du haut de cette tour que fut proclamé le troisième dimanche de juin le “jugement du vin nouveau” et le troisième dimanche du mois de septembre “le ban des vendanges”. Si vous nous connaissez bien, vous savez que nous y sommes montés afin d’admirer la vue splendide sur la ville bâtie en flanc de colline. Ce n’est pas pour rien que la ville au complet est classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO, c’est très joli et authentique.

Nous avons trouvé notre restaurant chaudement recommandé, l’Antre 2 verres et nous prenons la dernière table du restaurant, sur la terrasse. Le repas est succulent, une bonne salade de chèvre chaud, biscottes de foie gras de canard suivi d’un magret de canard en sauce et un moelleux au chocolat! Le tout accompagné de vin rouge local, dont un très bon, Lucia de Saint-Emilion Grand Cru 2001. Bien rassasiés, nous pouvons poursuivre notre route, mais avant de partir, on s’arrête dans l’église collégiale de Saint-Emilion avec son couvent. Très grand, chic tout en étant sobre, c’est une belle église de style gothique.
[Photos de Bordeaux – Pomerol et Saint-Emilion]

Notre route se poursuit à travers les vignobles et nous nous dirigeons sur la côte est de la Gironde (estuaire qui se sépare en deux à la hauteur de Bordeaux pour donner lieu à la Dordogne et la la Garonne). Nous suivons ainsi la route des Coteaux en passant par Bourg, Bayon, Plassac et enfin à Blaye. À Bourg, nous visitons rapidement le port et la citadelle sur un promontoire. Une grande allée gazonnée nous mène au parc et à la grande terrasse d’où nous avons une vue sur la Gironde. L’eau n’est pas très invitante puisqu’elle est plutôt brune et on peut comparer la largeur à celle du Fleuve St-Laurent à la hauteur du vieux-port.

De retour dans la voiture, on se dirige vers Bayon, mais en route nous croisons le village au drole de nom de “Pain de Sucre” avec un beau château, le Château d’Eyquem. Même si ça semble être une petite route privée, nous l’empruntons pour monter au château et là vraiment nous sommes biens contents de voir de près cette belle bâtisse. C’est fermé, mais on se permet de marcher un peu autour et on va devant avec la terrasse d’où on a un beau panorama sur l’embouchure de la Gironde, l’Ile Verte et le Médoc sur l’autre rive.

Arrivés à Bayon, c’est l’église romane du 12e siècle qui attire notre attention. Très petite comparativement aux autres églises visitées, elle a tout de même son petit cachet. Il n’y a aucune lumière, ce sont seulement les rayons du soleil qui filtrent par les fenêtres qui éclairent l’intérieur. On fait un long bout de chemin le long de l’estuaire avant de joindre Blaye avec sa majestueuse citadelle construite par Vauban qui est située à l’aplomb de la Gironde. C’est la principale attraction et où nous passerons le reste de la journée. Nous traversons à pied le pont de la porte Dauphine, une des 2 portes d’entrées dans la Citadelle.

La Citadelle est un complexe militaire de 38 hectares édifiés à la fin des années 1600. L’intérieur est conçu comme une véritable ville close avec une place d’armes, le couvent des minimes et plusieurs casernes. Aujourd’hui, le couvent est encore présent avec quelques restaurants, un office du tourisme, un musée et quelques autres bâtisses.

On commence donc la visite de la Citadelle par le couvent qui est encore ouvert pour quelques minutes. On fait, la visite se limite à la cour intérieure et une grande salle qui sert actuellement de lieu d’exposition. Ensuite, on longe les remparts, on traverse des bastions et de grands espaces gazonnés avant de revenir sur la rue des restaurants. On a croisé une belle maison très fleurie à l’intérieur de la Citadelle, mais c’est la seule partie qui semble habitée. Il y a beaucoup de gens, l’ambiance est agréable et les terrasses sont pleines.

Nous sortons pour aller faire un petit tour en ville, mais ce n’est pas fameux. La ville est vieille, sans charme, les bâtisses n’ont pas trop de style et on revient vite à l’intérieur de la Citadelle pour trouver un petit restaurant pour souper (d’ailleurs, on en a vu qu’un seul dans le petit bout de ville qu’on a visité). Nous arrêtons notre choix sur une crêperie où on choisi une crêpe bien garnie et une salade avec charcuterie, question de manger léger. C’est bien bon et nous sommes prêts à reprendre la route pour revenir à notre hôtel près de Bordeaux, environ 1h de route à faire puisqu’il n’y a pas de pont qui relie directement l’autre rive mais seulement une barque/traversier, que nous ne prendrons pas.

Brigitte

[Photos de Bordeaux – route des Côteaux]


One Response

  1. yvon et line 22/06/2011 at 03:19 #

    wow merci

Leave a Reply