Pologne (jour 2) Camps de concentration et mine de sel

Cet article a 3803 mots. Il vous faudra environ 12 minutes, 40 secondes pour le lire.

Jeudi 15 septembre 2011: Les camps de Auschwitz et Birkenau (aussi appeler Auschwitz II) étaient les camps de concentration et d’extermination les plus connus de la deuxième guerre mondiale, mais il y en a eu plusieurs autres, disséminés dans tout l’Europe. Suite à notre voyage à Berlin, en Allemagne, c’est tout naturellement que nous voulions visiter ces endroits maintenant devenus des musées. On a réservé un tour guidé, avec chauffeur privé, c’est donc tout organisé pour nous. On a combiné ce tour avec la visite de la mine de sel, qui sera notre arrêt d’après-midi.

Les camps sont des endroits extrêmement touristiques et visités, c’est donc en petit groupe de 25-30 personnes avec guide et écouteur que nous passerons à travers les différents bâtiments et secteurs du premier camp. Auschwitz, le plus petit pouvait contenir plus de 20 000 prisonniers détenus dans des conditions pitoyables et difficiles. C’est une ancienne base militaire, convertie en camp de concentration suite à l’invasion de la Pologne par les Nazis. Ils ont bien sûr construit plus de bâtiments pour les prisonniers et les gardes, mais l’espace était déjà sécurisé. Les gens qui habitaient autour de la base ont été expropriés pour éloigner le plus possible les témoins de leur base où ils exécutaient et emprisonnais les gens. Le camp et les environs sont bordés de barbelées, souvent en deux rangées pour être certain de son étanchéité avec des gardes armés et autorisés à tirer si les gens s’approchaient des barrières ou les touchaient. De toute façon, elle était électrifiée ce qui électrocutait les plus hasardeux.

Au début, les camps servaient à emprisonner les Polonais, mais durant la guerre, les Juifs ont été déportés ici, car dans les guettos, leur nombre était rendu trop grand. Notre guide nous fait passer par diférents bâtiments numérotés. Dans ce camp, ils étaient entre 400 et 700 dans une bâtisse de brique et étaient plusieurs à partager le même lit dans un dortoir. Le building numéro 7, les dortoirs, un endroit très froid et peu confortable était une sorte de grande grange avec 2 ou 3 étages de lits superposés. La façon de s’en sortir était de s’allier aux autres détenus, de s’entraider pour mieux vivre malgré les conditions et de dormir plusieurs par lits pour garder la chaleur, surtout en hiver. Certains avaient droit à un matelas en dortoir ou sur le sol tandis que d’autres couchaient sur des lits de paille, le pire des endroits.

Les grands espaces entre les bâtiments et les terrains servaient à compter les gens de chacune des baraques. Les Allemands, des gens très rigoureux, comptaient chaque jour tous les prisonniers, ce qui leur servait à savoir s’il en manquait, si certains s’étaient échappés ou combien étaient morts durant la nuit.  Après seulement trois semaines d’utilisation du camp, une première personne s’est évadée, ce qui a mis les nazis en colère et pour savoir comment c’était possible, tous les gens de ce bâtiment sont restés debout dehors au froid et sans nourriture ni dormir pendant 19 heures jusqu’à ce que quelqu’un parle et explique où était la personne manquante et surtout comment elle s’y était prise. Ça a dissuadé les autres d’essayer de s’évader, un peu comme les éxecutionx publiques et les mauvais traitements.

Le bâtiment numéro 1 était une salle d’interrogatoire et d’exécution des prisonniers. Les nazis avaient plusieurs types de cellules pour toturer et “casser” les prisonniers les plus forts et résistants. Il y avait des cellules où l’on enfermait plusieurs personnes sans nourriture durant des jours pour les faire souffrir de la faim. D’autres cellules n’avaient qu’un petit trou vers l’extérieur, ce qui fait que les prisonniers entassés dans la cellule mourraient par suffocation. D’autres cellules de 1 mètre sur 1 mètre servaient à entasser 5 personnes debout après leur journée de travail où ils devaient passer le reste du temps debout et aucun ne pouvait se coucher ni s’asseoir pour dormir.  Souvent, ils mouraient de fatigue et d’épuisement. Il y a un espace derrière un bâtiment avec un mur en planches de bois qui servait aux exécutions silencieuse des prisonniers les plus dangereux ou rebels. Les interrogations, la torture et le mauvais traitemenet étaient courant et certains devaient aller à l’hopital de la base, où contrairement à ce que l’on peut penser, n’était pas pour soigner, mais servait à diverses expériences encore plus macabres et ils finaissaient morts de toute façon.

La bâtisse numéro 10 servait de centre d’expérimentation sur les femmes où le docteur Clauberg, génicologue allemand, faisait diverse expériences pour forcer artificiellement les femmes à tomber enceinte de jumeau et diverses méthodes pour tuer les fétus, enfants et personnes. Des expériences maccabres et totalement inhumaines furent poursuivies dans le but de créer plus d’Allemand ariens et exterminer les sous-races nuisibles à l’expansion des nazis à travers l’Europe.

Le batiment numero 4, reste un de ceux les plus marquant et les plus unique car c’est une ancienne chambre à gaz, avec four crématoire djacent. A la fin de la guerre, les allemand savait que la défaite étais imminente et qu’il fallais détruite les preuves de leurs atrocités. Les 4 chambres à gaz et four crématoire de Birkenau furent dynamitées pour effacer toute trace, mais celui de Auswitz fut conservé car à la fin de la guerre, il servait d’abris anti-bombe pour les nazis.

Les Allemands recevaient de plus en plus de gens déportés de tout l’Europe, principalement des juifs.  Le petit camp de Auschwitz est devenu rapidement trop petit. Les expériences d’extermination de masse ici avaient été couronnées de succès, mais devaient être mises à exécution sur une plus grande échelle. Le camp de Birkenau fut construit à 3 km de celui de Auschwitz.

Birkenau est construit sur un immense terrain vague. Les camps étaient extrêmement bien organisés et parfaitement gérés. Plus de 100 000 prisonniers pouvaient être ici emprisonnés. Les gens arrivaient au camp par train après plusieurs jours de trajet sans eau ni nourriture. Alors qu’ils descendaient, un Nazi les classait en les dirigeant soit vers la droite, soit vers la gauche. D’un côté, il envoyait les femmes, enfants, personnes âgées et malades, et ce pour être directement exécuté dans les chambres à gaz. De l’autre, les hommes les plus forts et les gens avec compétences particulières étaient emprisonnées pour travailler pour les nazis jusqu’à épuisement ou tombaient malade et/ou finissaient eux aussi dans les chambres à gaz. Les prisonniers-travailleurs construisaient les baraques, creusaient des fosses, brûlaient les corps, séparaient les items laissés par les prisonniers ou simplement étaient considérés comme de la main d’oeuvre disponible pour tout autre projet.

Les Allemands ne voulaient pas de paniques dans les camps. Donc à la sortie du train, les gens se faisaient dire qu’ils allaient prendre une douche et allaient ensuite avoir quelque chose à manger et boire, embelli avec des promesses de vie meilleure. Les prisonniers pouvaient même voir le camion de la Croix-Rouge sur le camp qui les suivait jusqu’aux douches, mais en fait il servait à livrer le gaz pour leur exécution. Les fausses douches où étaient entassées les prisonniers étaient en fait les chambres à gaz. Pour ajouter au ridicule, certains recevaient même une serviette pour s’essuyer au sortir de la douche. Après avoir entassé 2000 personnes nues, les nazis faisaient tomber des grumaux de produit qui, activés par la chaleur humaine se transformaient en gaz mortel. Après 30 minutes, les gens étaient morts étouffés par le gaz. La pièce était aérée et les corps étaient montés au premier étage pour être incinérés dans les nombreux incinérateurs. Avant l’incinération, les cheveux étaient rasés pour être vendus et utilisés comme matériel pour tisser des vêtements, faire des couvertures ou rembourrer des matelas. Les cendres étaient réparties dans les champs aux alentours ou étaient déversées dans un puit ou la rivière pour ne laisser aucune trace des exécutions.

Certaines salles d’exposition à Auschwitz étaient dédiées aux objets empilés par catégorie. C’est de loin l’exposition qui donne le plus froid dans le dos, car on comprend bien, en voyant les montagnes d’items, la quantité de personnes mortes. Ces salles où des cheveux, des souliers, des valises, des brosses à cheveux  ainsi que des lunettes font prendre conscience que c’était les biens les plus précieux des gens qui sont venus ici dans l’espoir d’avoir une vie meilleure. Les bijoux et les dents en or étaient aussi récupérés et donnés au plus haut gradé de nazis ou envoyés dans les banques en Allemagne. Certains autres articles étaient expédiés en Allemagne et distribués auprès de la population. C’es entrepôts d’items divers, empillés dans 3 bâtisses dans les camp s’appelaient Canada 1-2-3, car pour eux, le Canada était un pays riche et ici étaient entassées toutes les richesses des prisonniers.

Comme les Polonais et les Juifs pensaient qu’ils allaient enfin vivre mieux que dans les guettos, les diverses photos prises légalement ou illégalement par les nazis montrent des gens assez heureux. Ils ne connaissaient pas encore le sort qui leur était réservé car personne ne revenait des camps pour raconter les atrocitées qui s’y passaient. Au final, les Allemands avaient assez séparé les tâches que même les exécutants ne connaissaient pas l’ampleur du massacre. Les gens qui faisaient entrer les gens dans les “douches” ne tuaient réellement personne, mais devaient bien comprendre puisqu’ils ne revoyaient jamais ces gens. Ils devaient bien se douter qu’il  y avait une procédure un peu spéciale qui s’y passait. Selon les documents historiques, il n’y avait pas 10 personnes dans les nazis qui connaissaient l’ampleur et le détail de la procédure complète de la solution finale.

Les Allemands, comme d’autres peuples, étaient fiers de se qu’ils voulaient accomplir et documentaient par photos et vidéos leur grande colonisation et épuration de l’Europe pour enfin faire, selon eux, le monde idéal de leur rêve. C’est pour cette raison qu’il y a des quantités importantes de récits, images et vidéos originaux sur cette époque et les activités. Lors de la fin de la guerre, ils ont bien essayé de faire disparaitre les preuves, mais comme tout fini par se savoir, ici et là, des documents ont été confisqués, volés ou gardés précieusement pour enfin témoigner de l’horreur et de la réalité de la guerre.

La visite des camps, quoi que assez touchante, était toujours froide, car on avait de la difficulté à visualiser l’ampleur du projet. Seulement quelques bâtiments restant, des terrains vagues et des ruines. Le guide est absolument essentiel avec ses commentaires pour nous faire saisir les détails de ce que l’on voit et essayer d’imaginer l’enfer que tous ici, autant les comdamnés à mort dans les chambre à gaz que le prisonniers, survivants, maltraité, battus, mourant de froid et de faim. Les gens devaient se battre entre eux pour survivre ou s’allier pour réussir à rester en vie. C’était la loi du plus fort où même la logique n’avait pas le dessus et certains survivants, par chance ou par talent, ont réussi à passer au travers de ce système ou à se faire oublier.

A la fin de la guerre, les Allemands ont accéléré les manoeuvres d’extermination pour laisser le moins de monde dans les camps. Lors de la libération, il ne restait que des gens malades et incapable de travailler, les Allemands ayant réunis la majeure partie des plus forts pour les transférer en Allemagne comme esclave dans les champs ou usines. Cette déportation, une longue marche de plusieurs centaines de kilomètres à pied, dans le froid et sans nourriture, a tué une grande partie des prisonniers. Cette marche connue comme la marche de la mort a été la dernière scène avant l’effondrement et la perte de la guerre par les nazis.

Les Allemeands ont emprisonné à Auschwitz 1 300 000 personnes dont 1.1 million ont été exécutées, surtout des Juifs, 140 000 Polonais, 23 000 gypsies, 15 000 Soviétiques. Une phrase écrite sur un mur dit : “Ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le reproduire ou le revivre”. – George Santayama. Les camps doivent rester des témoins d’une période où la guerre et la folie d’un peuple ont été l’instrument d’opression des autres. On peut se dire que c’est le pire, mais encore aujourd’hui, la guerre, les génocides et les exterminations sont en ce moment faite dans les pays en guerre. C’est seulement dans quelques années que l’on saura si la deuxième guerre mondiale a été la plus meutrière, mais c’est certainement la plus connue.

Je suis très content d’avoir bouclé la boucle de cette page de l’histoire avec la visite de Berlin et ensuite de la Pologne et des camps. Ce n’est vraiment pas des visites Walt Disney et on sens la lourdeur d’avoir à vivre avec un passé toujours bien réel. De voir des photos, des films ou des expositions, c’est une choses. De se promener dans les camps, les baraques, les chambres à gaz et les crématorium c’est vraiment autre chose. On peut mesurer la détermination d’un peuple à en anéantir un autre. C’est moins solonel que je l’aurais crus, chacun vivant cela à sa manière. On a croisé plusieurs Juifs sur le site, qui eux-même visitent le site à leur façon. J’ai pris des photos pour essayer de me rappeler le plus possible ce que j’ai vu durant les deux heures de visite, mais il reste beaucoup à lire et à voir pour vraiment comprendre l’histoire de cette guerre. De toute façon, il faut lire différents ouvrages pour avoir différents points de vue avant de se forger une opinion.

[Photos des camps de concentration de Auschwitz et Birkenau]

Suite plus légère de la visite guidée d’aujourd’hui, une heure de route pour se rendre à Wieliczka, ville de Pologne de près de 20.000 habitants, située à 14 km de Cracovie et mondialement connue pour sa mine de sel. J’avais vaguement entendu parlé de cette mine et comme notre tour guidé avait la possibilité de l’inclure dans la même journée ce fut fait. Après un bref arrêt pour manger quelque chose sur la route, on arrive sur le site où des visites en anglais sont organisées à toutes les 30 minutes. Il est déjà tard, près de 4:15pm, on sera donc du prochain groupe de 4:30pm. Notre guide de la mine n’est pas très dynamique, car c’est son quatrième groupe aujourd’hui. On commence par une longue descente des 54 demi-étages par les escalier pour arriver enfin au premier niveau de la mine.

Ce n’est pas, ou plus à proprement dit une mine, où l’on extrait les sels, mais plus un centre culturel sous terre où il y avait des opérations à l’époque Aujourd’hui, c’est un musée et nous avons l’occasion de se promener à travers les différents couloirs et salles de la mine. L’entrée de la mine est un dédale de couloirs fait de rondains de bois, des murs montés pour soutenir le plafond pour éviter les effondrements. Depuis plus de 700 ans, Wieliczka exploite son gisement de sel gemme souterrain sur 9 niveaux et 300 km de galeries. C’est la plus ancienne mine de sel d’Europe encore exploitée à ce jour. Elle abrite aujourd’hui un centre de conférences de plus de 1000 places permettant d’organiser des spectacles et des compétitions sportives à 125 m sous terre et un musée. Enfin, à plus de 200 m sous terre se trouve un sanatorium.

La mine mesure 9km par 4 km par 300 mètre de haut. On visitera 3 niveau (1-2-3) et 19 chambres, mais la mine comporte 9 niveau et 2021 chambres. On ne visitera pendant les deux heure seulement 1% du total de la mine. Les différentes salles sont surtout une suite de mises en scène de divers étapes de l’extraction du sel ou simplement de plus ou moins grande sculptures. Les sculptures de sel sont un ensemble de sculptures taillées dans les blocs de sel illustrant la légende de la découverte de la mine et accueille les visiteurs à son arrivée au premier niveau souterrain. Ici TOUT est fait en sel, les murs, les plafonds, les planchers, les sculptures.

Notre guide nous raconte qu’à l’époque médiévale, le sel était plus précieux que l’or ou l’argent, car il servait pour conserver la viande. On voit aussi une mise en scène de chevaux qui tiraient les chariots de blocs de sel. Ça peut paraître bizzare, mais c’était très pratique. Les chevaux vivaient sous terre durant 5 ans et après cette période, ils étaient remontés à la surface et n’y revenaient plus. Ils ont été utilisés jusqu’en 2002 où ensuite la mécanisation pour continuer à extraire le sel a été utilisée, mais en moindre quantité.

La mine accueille jusqu’à un million de visiteurs par an. C’est très demandant pour les guides, et celui qui nous fait faire le tour, ne parle pas fort, a l’air épuisé et veut juste finir sa journée. La visite peut être incroyablement intéressante ou simplement plate et ce, à cause du guide. On entendait d’autres guides très dynamiques qui nous donnaient presque le goût de changer de groupe, ce qui est impossible, on doit rester ensemble, pour ne pas perdre les gens.

Ici et là, des petits bassins sont replis d’eau de couleur verte, car ça vient des minéraux contenus dans le sel (impuretés). L’eau est très dangeureuse dans la mine, car elle érode le sel et affaibli les murs qui s’effondrent ensuite. C’est pour cette raison qu’ils créent des bassins pour récupérer l’eau qui est ensuite évacuée à l’aide d’une pompe. La mine est aussi bizzarement un lieu de culte et contient 20 chapelles. On n’en visitera que 3, dont la plus grande où même le pape Jean-Paul 2 est venu faire une messe. Tous les murs de la mines sont renforcés avec du bois, beaucoup de bois, car ici avec l’air sec, il se conserve très bien et certains morceaux de bois ont plus de 500 ans et sont toujours en bon état.

A une centaine de mètres de profondeur se trouve la plus belle salle de la mine : la chapelle de la bienheureuse Kinga de Pologne (Cunégonde), entièrement fait de sel, qu’il s’agisse du sol, des reliefs, des statues, des sculptures ou même des lustres. De nombreuses scènes bibliques sont représentées (la fuite en Egypte, le miracle de Cana, l’ordre d’Hérode, le massacre des Innocents, le Christ enseignant dans le temple, saint Thomas l’incrédule, la Cène, le Christ crucifié). On y trouve également une crèche de Noël avec tous ses personnages. Cette œuvre unique au monde valut à la mine d’être inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1978. La mine fut visitée par de nombreuses personnalités, telles que Jean-Paul II, Javier Solana ou encore George Bush.

Notre dynamique guide (c’st de l’humour ironique), nous passe sa cassette des différents mythes et légendes associées à la découverte de la mine et à son exploitation. Étant très peu intéressant, je vous fait la joie de ne pas vous raconter ces histoires à dormir debout. Il a même une blague à chacun des arrêts ce qui en fait le guide-clown-triste le plus pathétique du monde.

La conclusion de ce tour de trois heures: 2 heures de visite et 1 heure d’attente pour prendre l’ascenseur pour nous remonter à la surface. Nous passons ce moment d’attente dans une boutique de souvenir en sel, bibelots, bijoux et photos. Les touristes sont rassemblés dans la salle pour les faire patienter avant de prendre l’ascenceur pour remonter. Heureusement que l’on remonte en ascenceur les centaines de marches descendue plus tôt. Le clou de la visite, c’est une file d’attente de 200 personnes pour prendre un ascenceur de 2×9 personnes à la fois. On fait la file plus d’une heure pour avoir le droit de remonter à la surface dans une cage d’ascenceur minuscule où même des sardines auraient été plus à l’aise que ici. Heureusement, la montée en tant que tel est extrêmement rapide, 4 mètres par seconde et on est finalement délivré de notre cage pour revoir l’extérieur et retrouver notre driver pour retourner à l’hôtel.

En résumé, la mine vaut la peine d’être visitée, c’est un monument unique tant au niveau de l’architecture que de l’histoire. Il ne faut pas s’attendre à savoir comment la production de sel fonctionne, ce n’est pas le but de la visite, c’est un musée. Le guide vaut pour plus de 80% de l’expérience et si c’est très occupé, vous allez vous emmerder à attendre la sortie sans possibilité de prendre l’escalier. Donc, expérience 50% agréable 50% désagréable, mais “for the record” on va se rappeler juste de la partie intéressante. En passant, les photos ne sont pas super, car sous terre il fait évidemment noir et c’est assez mal éclairé, faut croire que même ici ils essaient d’économiser sur la facture électrique.

[Photos des mines de sel]

Marc-André


2 Responses

  1. kim 13/10/2011 at 08:58 #

    Ouf! Je suis toute secouée pis j’y n’y étais même pas… On ne se rend pas compte de l’ampleur du génocide. Le peuple juif peut bien revendiquer leur droit et s’imposer dans le monde. Non que je justifie leur politique, mais cette réalité existe bel et bien. Ou du moins, a existé.
    Merci… je vais relouer Schindrer’s list.

  2. Catherine VARDI 18/10/2014 at 09:18 #

    Merci de cet excellent compte rendu de votre voyage qui “secoue” comme le dit Kim. Je suis de confession juive et ai eu l’occasion de visiter le camps de Dachau, proche de Munich. Nous étions trois amies d’enfance et l’une d’entre nous a du sortir précipitamment tellement l’émotion y était forte.
    Pourriez-vous me dire comment vous avez organisé votre voyage en Pologne ? En prenant un billet d’avion pour Cracovie et ensuite une visite organisée en Pologne pour les camps de la mort ?
    Je vous remercie. Bien à vous,
    Catherine VARDI-LIVNI

Leave a Reply