Prague (jour 3)

Dimanche 23 avril 2011: Traditionnel déjeuner et c’est un départ tardif, car il a fallu faire le point sur ce qui restait à visiter, et au final, c’était plutôt des parcs, donc aujourd’hui ce sera une journée pour relaxer dans les parcs au soleil. On décide de passer à travers la vieille ville par un nouveau chemin pour se rendre tout au nord et atteindre le pont qui nous fera traverser sur l’autre rive pour aller au super grand parc. Arrivés au cœur de la vieille ville, des guides touristiques aux chandails rouges au coin de la rue, ombrelle ouverte, donnent des billets pour le tour de ville gratuit. Ouin, gratuit, c’est dur à battre comme prix! Pas plus fou que les autres, je me précipite pour en prendre 2 question de voir c’est quoi l’affaire et si ça ne nous plait pas on a juste à se pousser vite fait. Les billets c’est pour faire les groupes, entre tel et tel numéro avec le guide numéro 1 et les autres avec l’autre guide, en 5 minutes les groupes sont faits et on est parti.

Notre guide, professeur d’anglais à l’école et originaire d’Australie, mariée à un Tchèque et a trois enfants. Elle est très dynamique et nous explique que c’est un vrai tour gratis, de 11:15 à 2:15, qui nous fait passer à travers toutes les parties importantes du centre de Prague. Bien sûr, elle nous propose aussi des billet pour d’autres tours guidés et non gratuits. A la fin du tour, c’est à la discrétion de chacun de donner ce qu’il veut. Un concept génial et je crois qu’au final, elle est gagnante car on était 47 personnes et chacun a donné à peu près l’équivalent de 10 euros, ce qui lui fait 500 pour trois heures de travail…pas si pire.

Notre guide est très axée sur les petites histoires qui font ce qu’est Prague aujourd’hui et nous en raconte plusieurs qui expliquent le pourquoi de telle bâtisse ou le pourquoi de telle statue. Ce qui est pertinent dans l’histoire Tchèque, c’est surtout ses liens avec la deuxième guerre mondiale et le régime soviétique. Tout est entre-mêlé. Je vais vous faire un bref résumé des notes que j’ai prises. Ce n’est peut être pas 100% juste, mais je n’ai pas revérifié ses dires, peut être prend-elle quelques raccourcis, mais l’histoire, c’est relatif, dépendent de quel côté on regarde.

Donc, selon notre guide Kate, Old town square où est l’horloge astronomique, c’était la place où les Tchèques pouvaient prendre une bière pour 1 euro il y a 20 ans, maintenant c’est déserté par les locaux parce que c’est plein de touristes qui boivent de la bière à 10 euros (vs 5 en dehors de ce centre touristique). Droit devant se tient l’église Tyn qui a deux tours. Elle nous fait remarquer que les deux tours ne sont pas de la même grosseur. Certains disent que c’est en l’honneur de Adam et Eve, la plus grosse tour représentant Adam pour protéger Eve, la plus petite tour… D’autres croient plutôt en la thèse d’ouvriers peu soucieux de suivre les plans et qui on fait un peu comme ils voulaient, ça a donné deux tours non identiques.

Sur cette grande place, il y a une autre église, c’est Saint-Nicholas. Elle est de style baroque datant de 1735 et fut tout à tour, catholique, orthodoxe. Il est surprenant de trouver autant d’églises ici, sachant que 90% des Tchèques sont athées. Certains sont catholiques, protestants ou juifs, mais en grande majorité, comme notre guide dit, les églises sont vides ou utilisées par les touristes. Là c’est la période de Pâques, alors il y a du monde, ce n’est pas un problème, mais généralement les églises sont utilisées comme salle de concert classique ou même comme bar!

Encore sur la place du Old town square, on aurait pu penser que l’horloge astronomique est annexée à une église, mais ce n’est pas le cas. En fait, c’est la mairie….ce qui explique la quantité de nouveaux mariés que nous avons vu sortir des grandes portes et les pétales de roses sur le trottoir juste sous l’horloge.

Ensuite nous avons eu droit à un blitz de 8 minutes de cours historique sur les 1000 ans d’histoire de la République Tchèque. Sans réécrire tout ce qu’elle nous a dit (de toute façon on ne se souvient pas de tout!), on va résumer avec une petite anecdote qu’elle nous a raconté et qui décrit bien la situation. La grand-mère de son mari, qui a toujours vécu ici, a fêté ses 101 ans dernièrement. Elle vécu dans 8 pays différents durant sa vie et ce, sans jamais déménager. Imaginez tout ce que ça implique….changement des papiers d’identité, des devises à chaque fois, sans parler des systèmes politiques différents et des conflits entre chaque régime/pays.

Au départ, c’était l’empire d’Autriche-Hongrie, ensuite la première République de Tchécoslovaquie, suivie de la Tchèque et de la période d’occupation nazi. Suite à la libération après la deuxième guerre mondiale, ce fut la deuxième république, suivie de la people république Tchécoslovaque, qui devint la république socialiste de Tchécoslovaquie. La République tchèque naît formellement le Premier janvier 1969 de la fédéralisation de la Tchécoslovaquie. Elle est indépendante depuis le Premier janvier 1993 à l’occasion de la scission de la République fédérale tchèque et slovaque, dernière forme de gouvernement de la Tchécoslovaquie.  Ce n’est que depuis moins de 20 ans que la République Tchèque est indépendante et totalement autonome. Ouf ! Ils font maintenant partie de l’Union européenne, mais n’ont pas accepté le changement à l’Euro comme fierté de leur souveraineté. Rappelez vous en 100 ans il ont changer de pays 8 fois, on peut comprendre leur goût d’être un peu tranquille… du moins jusqu’à la prochaine révolution, s’il y a.

On continue la visite à pied en se promenant à travers les petites rues pour sortir des hordes de touristes. On entre ensuite dans la partie de la nouvelle ville. Pour ce qui est des styles architecturaux, le old town est de style plutôt baroque gothique et le new town est construit avec des styles art deco, art nouveau, cubiste, fonctionnalisme et inspiré de Paris des année 1930. L’intérieur des églises que nous avons visité ici sont souvent de style noir et or, il parait que c’est typique de l’époque rococo… contrairement au municipal house, vert et or qui est de type art nouveau.

Nous arrivons dans Vinceslas Square, coin de l’université et de théâtre, seul théâtre encore sur pied où Mozart a joué. Partout il y a le mot Koruna (c’est aussi le nom de notre hotel), ça veut simplement dire couronne, comme leur monnaie, la couronne tchèque. Sur Vinceslas square (rue Vaclavshe nam), c’est plein de boutiques et de petites cabanes de bois. Ce fut ici les grands moments de la fin du communisme où un étudiant de 21 ans s’immola par le feu pour protester contre la perte des libertés dû au communisme radical russe. Même si le communisme était le fondement du gouvernement, le roi était assez progressiste, ce qui déplu à la Russe qui radicalisa le tout avec des polices secrètes (stazie) et la répression. De 1968 à 1989, le 17 novembre, ce fut une grande époque noire, ce qui mena finalement à la Révolution de Velours et l’immolation du jeune homme. Un révolutionnaire, Václav Havel mena la révolution et durant trois jours 300 000 personne sortirent dans les rues pour demander la fin du communisme et porter Václav Havel au pouvoir et comme président…. fin de l’époque soviétique.

Vous connaissez sans aucun doute Bata, les chaussures Bata…..et bien ce grand manufacturier est d’origine Tchèque qui a dû quitter son pays lors de la période communiste afin de pouvoir se développer et garder son commerce. Il s’est donc établi au Canada, a pu prospérer et commercialiser en Australie et en Europe. Comme nous l’a fait remarquer notre guide, voici une des conséquence du système communiste, la perte d’une industrie florissante.

Lors de notre promenade, on nous a fait remarquer qu’il y a souvent sur la devanture des commerces, des maisons ou des portails, des images, des statues, des sculptures. Tous différents, et ce pour une bonne raison. Il y a longtemps, les gens étaient majoritairement illettrés, ce qui ne servait à rien de mettre des numéros ou des noms de rue. Donc chaque maison avait son sigle, ce qui permettait de se situer et surtout de faire arriver le courrier au destinataire. Il fallait par contre savoir pas cœur qui était où car il n’y avait aucune logique.

Après une brève pause de 25 minutes pour diner dans un resto de bagel, très bon, on continue pour la suite et fin de notre tour à travers le quartier juif (Josefov). D’ailleurs, sur chaque pancarte des rues qui constituent le quartier Juif, on peut y lire « Josefov ». Dans le temps, il y avait un mur pour protéger le quartier juif du reste de la ville. C’était pour une bonne raison, les Tchèques étant athées (sans religion) respectaient les juifs instruits et riches. Quand d’autres peuples faisaient des croisades au nom de la religion pour exterminer les juifs, le mur empêchait les croisés de les tuer. Par la suite, le mur changea de fonction et ce fut pour les garder à l’écart des autres et les empêcher d’habiter la ville, ce qui fit que le quartier devint hyper populeux. Comme dans tous les endroits où la population est trop dense, maladie et épidémie frappaient. Quand le mur fut démoli, les juifs partirent un peu partout dans la ville et seuls les juifs pauvres restaient, ce qui fit un quartier en décrépitude. Vers 1920, ils décidèrent de raser le quartier pour tout reconstruire à neuf, ce qui fait que ce quartier est l’un des plus beau de Prague, mais aussi d’Europe. Les édifices sont magnifiques, neufs et super bien entretenus, tel que raconté hier.

Le quartier juif abrite aussi quelque synagogues que l’on ne peut pas visiter, mais de l’extérieur ça ressemble à une église, mais en moins beau, c’est plus comme une vieille maison. Par contre la old new synagogue a une horloge juive, une des seule restante encore en fonction. Les juifs lisent de droite à gauche ce qui fait que l’horloge fonctionne à l’envers! Notre guide nous parle aussi d’un film récent sur un homme qui sauva les enfants juifs avant l’invasion nazie, ce qui leur a évité d’aller dans les camps de concentration. Monsieur Nicolas Winston, dans le film Winston Children’s. Faut voir ça il parait, un style de liste de Schindler, mais ce sont des enfants qu’il sauve en les envoyant dans des famille de Londres, le temps que la guerre finisse… mais aucun ne retrouvera jamais leurs parents, morts dans le camp. Ils pourront tout de même continuer de vivre en Angleterre.

On termine notre visite dans un parc avec vue sur le château où elle nous raconte que c’est le plus grand château médiéval du monde, mais ça on le savait déjà puisque nous l’avions visité hier. Elle nous raconte aussi qu’à la fin de la deuxième guerre mondiale, les nazis, sachant qu’ils avaient perdus, devaient se retirer, mais ils attendaient l’armée de libération. Les Américains étant très près, les pragois s’attendaient que ce soit l’armée des USA qui les libérerait, mais la ligne de démarcation pour la séparation du monde entre Américains et Croix-Rouge russe passait à l’ouest de Prague ce qui obliga les pragois à attendre l’armée russe et non américaine. Ils décidèrent de sortir dans les rues et de foutre les nazis eux-même dehors. Quelques jours plus tard, quand l’armée russe arriva pour les libérer des nazis, qui étaient déjà partis, il n’y avait plus rien à faire, mais l’armée russe décida de rester. Ceci fit que la République Tchèque devint russe pour un temps. Une simple ligne sur une carte à décidé de leur sort.

Donc ce fut une super visite que l’on n’avait vraiment pas prévu. Ensuite, on quitte notre guide pour reprendre notre chemin vers les parcs ou du moins un grand le Kampa parc où l’on profite du soleil en faisant une petite sieste d’une demi heure couchés sur le gazon… ah que ça fait du bien!
[Photos de Prague – visite à pied]

On fait ensuite l’ascension de la colline Mala Strana à travers le jardin de Seminàrska vers leur petite tour Eiffel où l’on peut grimper dedans pour avoir une vue de toute la ville des deux côtés du fleuve. On prend des photos, le soleil s’en va se coucher alors la lumière est belle. Notre ventre crie famine, on retourne à la vielle ville pour manger un bonne bouffe, mais rien de super fancy et on retourne tranquillement à la brunante vers notre hotel. On a bu trop de vin, on va se coucher tôt ce soir….

Je passe plus de 2h à vous écrire ce post avant d’aller me coucher, mes yeux ferment tout seul, il est temps d’aller rejoindre chérie qui elle dort déjà depuis longtemps. C’est notre dernière journée demain à Prague, il devrait pleuvoir, c’est ce qu’ils prévoient. on est censé aller voir un autre château, mais s’il ne fait pas beau, on prendra ça relax.. on verra… sur ce, je vous laisse et je vais dormir.. ciao

MAM

[Photos de Prague – parc]


Si vous avez aimé ce post, voici 5 autres suggestions

No reviews yet.

Leave a Reply