Parc de la chute Montmorency et Québec

Cet article a 599 mots. Il vous faudra environ 1 minute, 59 secondes pour le lire.

Dimanche 4 novembre 2012: Après la visite de Sainte-Anne-de-Beaupré, nous passons devant les chutes Montmorency qui ne sont qu’à quelques minutes à peine de Québec. La température clémente, le beau soleil et le besoin de bouger font de cet endroit l’activité idéale pour ce milieu de journée. Bien habillés à cause du vent qui souffle et Justine bien enveloppée dans l’écharpe-kangourou, nous nous engageons dans le sentier qui nous mène à la chute.

Haute de ses 83 mètres, la chute Montmorency est la plus haute de la province du Québec et dépasse de trente mètres les chutes Niagara. Nous empruntons le sentier qui contourne le bassin au pied des chutes et on se dirige vers les escaliers contenant 487 marches afin de rejoindre le haut de la falaise d’où s’élance la chute. Au fur et à mesure de notre ascension, les différents paliers nous permettent d’observer la chute sous différents angles et de reprendre notre souffle par le fait même!

Il y a également un téléphérique qui transporte les visiteurs entre la base et le sommet, mais en cette période de l’année, il est fermé. Ainsi, nous nous retrouvons avec tous les courageux dans les escaliers. Une marche à la fois et nous sommes rapidement arrivés tout en haut. De là débute un court sentier qui nous conduit jusqu’à la passerelle qui relie les deux côtés de la chute. Un point de vue différent sur la chute, mais aussi sur le pont et la rive ouest de l’Île d’Orléans.

Le bruit du torrent nous accompagne durant toute la durée de la visite et contribue à créer l’ambiance envoûtante du parc. Le bruit de l’eau est toujours aussi apaisant, même celui que fait la chute!

Outre l’aspect beauté de la nature, ce lieu revêt une dimension historique puisque c’est ici qu’en 1759, les attaques de la ville de Québec par le général Wolfe furent repoussées par le général Montcalm. Grâce aux falaises, la vue sur le fleuve favorisait la surveillance et la falaise rendait l’accès difficile aux troupes adverses. Wolfe a dû trouver une autre façon d’atteindre Québec et c’est comme ça qu’il en est venu à passer par les plaines d’Abraham et nous connaissons la triste, mais célèbre bataille qui a eu lieu à cet endroit.

[Photos du parc de la chute Montmorency]

D’ailleurs, nous avons terminé la journée sur les plaines d’Abraham et avons marché sur une portion des remparts avant d’atteindre la terrasse Dufferin au pied du Château Frontenac et de sillonner les rues de la vieille ville. Nous avons atteint les différentes portes du rempart et imaginez-vous donc que près de la porte St-Jean, devant le Capitole, il y a une patinoire extérieure ouverte depuis la mi-octobre. Gratuite, il y avait plusieurs personnes qui profitaient de la belle journée pour glisser sur la glace.

Le vent s’est levé, le soleil s’est couché et il fait assez froid. C’est frigorifiés que nous sommes entrés dans une crêperie pour déguster un souper de très bonne heure avant de reprendre la route pour rentrer à la maison. Une belle fin de semaine qui nous a sorti de notre routine et où nous avons fait le plein d’énergie!

Brigitte

[Photos du Vieux Québec]


2 Responses

  1. yvon et Lyne 26/11/2012 at 21:06 #

    merci

  2. Lise 30/11/2012 at 19:28 #

    Il faut avoir confiance en l’ingénieur qui a fourni les infos pour ce plan d’infrastructures RESPECTÉ. C’est un beau coin de chez nous ici au Québec. Bravo pour votre idée de partage. Meric

Leave a Reply