Rome (jour 14)

Jour 14, 4 janvier, dernière journée du voyage : Dernier petit déjeuner chez les frères….on cherche notre personne contact pour lui remettre les clés et lui dire merci, mais il reste introuvable…..il doit être à la chapelle pour la messe du matin. Pas le choix faut partir, Marc-André est allé le voir. Bien sûr qu’on l’a dérangé, mais avec eux il n’a rien qui les dérange vraiment. Ils ont été tellement gentils avec nous, comme des grand-papas gateaux.

Direction, Le Colisée. Le monument le plus reconnu de Rome. Le Colisée, à l’origine amphithéâtre Flavien, est le plus grand jamais construit dans l’Empire romain. Il est l’une des plus grandes œuvres de l’architecture et de l’ingénierie romaines. Sa construction, a commencé entre 70 et 72, sous l’empereur Vespasien, et s’est achevée en 80 sous Titus.

C’était une arène couverte de sable pour le combat de gladiateurs. Le colisée pouvait, selon les divers historiens, contenir entre 40 000 et 70 000 spectateurs. Chacun avait sa place déterminée en fonction de son rang dans l’échelle sociale. Les riches en bas, les pauvres en haut, les femmes encore plus haut. C’est le lieu où les condamnés à mort (prisonniers) avaient la « chance » de pouvoir être libérer s’ils combattaient dans l’arène et gagnaient. Les batailles de gladiateurs où les chasses avec les animaux exotiques étaient organisées par l’empereur deux fois par année.

Outre les jeux traditionnels de gladiateurs, de nombreux autres spectacles y ont été organisés, tels que des simulacres de batailles navales (des naumachies), des chasses d’animaux sauvages, des exécutions publiques, des reconstitutions de batailles célèbres et des drames basés sur la mythologie romaine. Le bâtiment a finalement cessé d’être utilisé au cours du haut Moyen Âge. Il a plus tard été réutilisé pour des buts variés tels que des habitations, des ateliers d’artisans, le siège d’un ordre religieux, une forteresse, une carrière et un sanctuaire chrétien.

La partie manquante du colisée a été démontée, car elle a été endommagée par un tremblement de terre. D’autres parties ont été défaites/volées/recyclées pour construire des églises et des bâtisses plus modernes dans la ville de Rome au moment où le colisée a cessé d’être utilisé, soit après 500 ans de combat de gladiateurs. Une petite partie à l’intérieur a été reconstruite pour bien voir a quoi ça pouvait ressembler. C’est quand même difficile de s’imaginer comment c’était avant tellement il manque des bouts stratégiques, surtout au niveau des estrades. Sinon, on a vu sous l’arène, tous les petits corridors où les combattants se promenaient avant la grande bataille.

Ca devait être incroyable l’ambiance lors des combats. Pas d’écran géant, mais si on était en bas, l’action devait être plus vraie que vraie. Un genre de loft story mais avec des lions qui mangent des gens pour de vrai.

C’est impressionnant de pouvoir marcher dans des ruines. Ce n’est pas le genre de chose que l’on pourrait faire à Montréal. Ici c’est beaucoup moins stricte sur la sécurité. Ils se fondent sur le gros bon sens des gens. Pas trop CSST approved. A chaque fois on se dit que ca durera pas… mais on en profite.

Le soleil de milieu de journée n’est vraiment pas l’idéal pour faire des photos, mais notre avion part à 4:00 et on doit partir pour l’aéroprt vers 1:30 (longue ride de métro et d’autobus pour s’y rendre). On prend quelques photos, on fait le tour et c’est comme cela que se termine notre voyage à Rome et surtout nos deux semaines de folle course à travers l’Espagne et l’Italie.

[Photo du Colisée]

Fin des vacances. Voilà donc notre séjour qui tire à sa fin. Conclusion, l’Espagne c’est magnifique, un bon équilibre entre histoire et modernité. Une chaleur humaine et un vrai amour des tourites. Les espagnols sont des gens que l’on veut connaître et surtout regarder vivre. On retournera en Espagne pour les combats de taureaux, la plage et aussi pour leur accueil. Par contre Rome, c’est en Italie, mais je suspecte que ce n’est pas représentatif. Rome est bondée de touristes et ça doit jouer sur le moral des habitants. Je n’ai pas trouvé le romain très sympatique ni super accueillant. Ils sont juste corrects. L’Italie est un très grand pays que l’on va visiter de long en large, Rome c’est fait, le Vatican aussi, et c’est coché sur notre liste. A moins de visiter avec des romain (amis), ce n’est pas une place assez le fun pour y retourner parce que les choses à voir ont été vu. Il y a à Rome des choses absolument essentielles à voir et qui nous ont vraiment plu. Pour ce qui est de l’ambiance, surtout après Barcelone et Madrid, c’est moins intéressant/invitant.

En résumé, 14 jours, 2 pays, 3 villes, 4 avions, douanes, détecteurs de métal, rayons x, hotels, restaurants, musées, parcs, églises, photos, pluie et froid. C’est assez pour l’instant on a la tête remplie de belles choses, mais on est content de retourner dans nos affaires avec notre routine,.

Merci aussi à tous ceux qui font des commentaires, c’est la seule façon que l’on sait que vous êtes là. On aime avoir du feedback, ce que vous aimez, vos impressions. J’espère que les récit sont plus intéressants maintenant en petite coupure. J’aime bien écrire, oui, moi qui ne sais pas faire deux phrases sans faute. Une chance que j’ai Brigitte pour me corriger et pour me guider (entre autres choses), on fait une belle équipe. On écrit les posts pour nous, car la mémoire est une faculté qui oublie, des fois plus vite que l’on pense, mais aussi pour les partager avec vous. On ne raconte pas nos voyages pour rendre les gens jaloux (quoi que des fois …) mais bien pour vous faire partager une expérience incroyable que je vis avec ma chérie (beaucoup grâce à elle). C’est une fenêtre sur notre monde où vous pouvez regarder quand il vous plait.

C’est donc, Marc-André et Brigitte, plus fatigués qu’au départ, un peu moins riche en $, mais tellement plus intéressés à voir ce que le monde a à offrir. Le monde est vaste, faut sortir pour le découvrir. Et surtout on réalise qu’on n’a pas assez visité notre propre pays ni les villes autour. C’est une nouvelle mission qu’on devra faire à notre retour en sol canadien.

Et juste pour le plaisir… voici les meilleures photos parmi les 6’600. Ce sont des essais, des panos, des photos corrigées et optimisées dans photoshop. C’est juste un début. A savoir combien j’en ai gardé, a peu près 2’800, c’est donc seulement le meilleur que l’on garde.

[Best of Barcelone, Madrid et Rome]


Si vous avez aimé ce post, voici 5 autres suggestions

No reviews yet.

Leave a Reply