Marche dans le Bois-des-Frères

Dimanche 14 février 2010: En cette journée dominicale de la St-Valentin, on décide de faire une activité très « couple »: on dort tard, on se lève et on déjeune, je prépare un petit diner et chérie corrige les nombreux posts en retard et rajoute quelques commentaires.

Même si notre journée de ski hier était magnifique, j’ai peut-être (surement) poussé mes limites plusieurs fois au-delà du ski sportif et ce matin j’ai un peu mal aux cuisses, mollets et fesses. Le meilleur traitement aux muscles endoloris, c’est de les faire travailler. On décide donc en fin de journée de partir pour notre nouveau trajet trouvé sur internet la semaine passée – Bois-des-Frères – Presqu’île de Loëx – Lignon. C’est un parcours de 10 km en forêt, ça sera parfait pour commencer à vérifier combien de km/h on peut marcher.

On part tard, soit vers 4:30-5:00, mais bon c’est mieux que rien. Genève est gris, sans soleil et frais (-8 degrés). On s’habille comme il le faut et c’est parti. On s’apperçoit que le trajet est rebatisé « Helsana Trail » et ils ont un site internet qui offre des parcours de 25km… que de plaisir en perspective.

On fait les premiers 4-5 km facilement, c’est tout bien aménagé et indiqué. On marche dans le bois et le long du Rhône, c’est parfait, la terre est gelée, donc pas de boue cette fois. A la fin du 5 km, donc la moitié du chemin, on a déjà fait une heure pile, donc on marche à 5 km/h, et ce même en s’arrêtant pour quelques photos. Pour parcourir la section du retour, on doit traverser le champs, on passe donc par la route. L’air frais est un peu nauséabon, de l’épandage a été fait sur les champs, ca sent le tabarnouche!

Dans le chemin qui longe le champs, on décide de prendre un raccourci parce que ça fait 1 ou 2 km que l’on n’a pas vu de pancarte, et c’est pas normal en Suisse de ne pas avoir d’indications. Au débouché de ce raccourci on se ramasse comme par magie dans le même sentier que l’on vient de faire il y a 15-20 minutes de cela. Conclusion, on s’est perdu et on a fait un boucle trop serrée et coupé le chemin pour se retrouver là d’où l’on vient.

Comme on était parti tard, le soleil s’est couché et on est confronté a refaire en sens inverse un sentier que l’on ne connait pas et il fait de plus en plus noir. Sage décision, on repasse sur nos pas (j’aime pas ça, mais c’est plus prudent) et on retourne à la maison comme cela. Le tour complet ce sera pour une prochaine fois.

Finalement, on a fait 10 km quand même, 2 heures de marche, mais pas comme c’était prévu. Au retour, on cherche plus la civilisation que le parcours dans la nature et on se retrouve dans Le lignon. Je connaissais vagement cette communauté car c’est un arret sur les parcours d’autobus. C’est immense, il y a des logements, des logements et encore des logements.

Selon wiki : Le Lignon est une cité située sur la commune de Vernier en Suisse. Il s’agit d’un ensemble urbanistique homogène construit à partir des années 1960, au nord du village d’Aïre, sur une ancienne plaine agricole dominant le Rhône. La construction de la cité a largement contribué à l’accroissement démographique de Vernier. Conçue pour 10 000 habitants, elle en accueille 5 581 en 2005, soit 18 % de la population de la commune. Elle a même perdu 1 000 habitants en l’espace de 15 ans. La plus haute est équipée de deux piscines destinées aux habitants sur le toit. Culminant à 91 mètres de hauteur, elle est le plus haut bâtiment du canton de Genève et le 2e plus haut de Suisse.

C’est hallucinant, un complex d’apartement dans un immense mur de béton. Il semblerait qu’il soit le quatrième immeuble le plus long du monde. Ce n’est pas beau, mais c’est impressionnant. Une autre photo ici. On arrive donc dans cette civilisation. On trouve également dans la cité une école, deux églises, un centre commercial offrant de nombreux services aux habitants, un club de boxe, un centre sportif, un centre pour jeunes, un club des aînés et un Jardin Robinson. Quand il y a autant de monde à la même place, c’est certain que les commerces vont s’agglutiner autour. Aussi, ils ont 7 lignes d’autobus qui passent par là juste pour desservir la commune.

Ca tombe bien, c’était la seule chose que l’on avait besoin à ce moment précis, un autobus pour nous ramener chez nous. Après un bus, un tram et un autre bus, on est de retour à la maison. J’ai les jambes tellement pesantes qu’on va prendre ça relax cette semaine. Tout de même, on a le spinning lundi, mais après c’est repos.

mam

[Photos de Bois-des-Frères]


No reviews yet.

Leave a Reply