La Réunion (jour 1) Le déluge

Dimanche 26 juin:

marche – Le Brûlé (822m) @ gîte de Roche Écrite (1837m)  – 9:00am à 2:00pm
nuit– Gîte de Roche Écrite (idem que gîte Plaine des Chicots)

Après une bonne nuit à l’hôtel avec l’air climatisé, on est frais et dispo pour notre première journée de randonnée. Nous avions pris les informations pour se rendre à la gare routière, prendre le bus #12 jusqu’au terminus à Providence. De là, on devait prendre le départ du GR-R2,mais nous n’avons pas trouvé le début et nous avons pris la route principale, la D-42. Nous avons marché pendant environ 1h avant que le bus local nous dépasse et s’arrête pour nous prendre. Nos amis rencontrés hier sont à l’intérieur. Nous avons épargné un peu de marche, mais au moins nous commencerons le début au bon endroit.: en fait, on ne pouvait pas  faire plus faux départ que ça même si nous aurions fini par arriver au même endroit.

Ainsi, on débute par le sentier à Brûlé pour une durée de 4h. On est avec un couple accompagné d’une jeune fille et 4 locaux qui nous racontent que leur rêve est de faire la traverser de l’île comme nous. Lors de la première partie du sentier, on découvre des goyaviers, de petits fruits rouges avec des pépins. Le trajet se fait ensuite en forêt et nous nous approchons des nuages. On prend le sentier avec de nombreuses marches. Il coupe à plusieurs reprises la route forestière pour déboucher finalement sur une aire de pique-nique à la lisière d’une forêt de cryptomérias. Nous traversons un grand parking, celui de Mamode Camp.

Dès notre entrée dans la forêt après ce parc, la pluie commence à tomber. Au début la pluie est faible et intermittente, mais nous pensions l’avoir échappé belle après les quelques gouttes de pluie que nous avions eu au début. Nous donnerons à cette première étape le nom de Déluge! Eh bien oui, nous avions pris la peine de mettre la crème solaire pour ne pas avoir de coup de soleil, mais c’est la pluie qui est venue au rendez-vous à la moitié du trajet. Nous mettons les ponchos pour nous couvrir et nous ne les enlèverons pas de la journée. D’ailleurs, la pluie a été de plus en plus forte jusqu’au top à notre arrivée au gîte. Dans les derniers mètres, il pleut tellement que la pluie fait des rigoles et des cascades dans les sentiers, les souliers sont plus que trempés, c’est boueux et il commence  à faire de plus en plus froid.

Mais avant d’arriver au gîte, on entre dans la Réserve Naturelle de la Roche Écrite. C’est un sentier en pente douce dans une forêt de bambou et tamarins. La pluie continue de plus belle et l’eau s’accumule et forme de petits trous d’eau. Au début, on faisait attention de ne pas passer dans les flaques d’eau, mais maintenant il y en a partout et surtout la boue est bien présente, il faut faire attention de ne pas glisser. Nos pieds sont tous trempés et il est temps que nous arrivions. Après une pente plus raide et la traversée de petites ravines, nous arrivons au détour d’un chemin face au gîte de la Roche Écrite (aussi nommée gîte de la plaine des Chicots). C’est inespéré que ce soit enfin la fin, on est plus que trempés et gelés jusqu’aux os.

On a retrouvé les amis, Laurent, Martine et Freiderike au gîte qui sont en train de prendre le pic-nic. Nous avons une chambre dans le dortoir de deux chambres de 8 lits. Heureusement, il y a de l’eau chaude pour la douche. Nous avons quand même de la difficulté à se réchauffer par la suite. La soupe et les thés sont bien appréciés. Nous passons du bon temps avec les autres, on discute, on apprend de leur expérience et surtout on essaie de se réchauffer. Nous avons les doit geler et ça prend presque 2h avant qu’ils ne dégèlent. Vers 6:30pm, il fait nuit noire et le souper est servi: soupe, poulet, riz, fèves rouges et petit verre de punch au rhum fait maison très bon. On discute quelques minutes autour de la table à la fin du repas… mais tous sont fatigués et on ne souhaitent qu’un chose, se coucher, se réchauffer et que les chaussures soient sèches demain. Elle ne le seront malheureusement pas et le lendemain certains remettront les vêtements humides. Il fait assez frais dans la chambre, mais la chaleur humaine fera de notre chambre là un endroit des plus chaud des environ. On a bien rêvé à un feu de cheminée, mais il est interdit de faire des feux en montagne. On devra donc enfiler nos vêtements et se réchauffer dans nos sac de couchage. On dormira très bien par contre.

Marc-André

[Photos de La Réunion (jour 1) Le Brûlé à Gîte de Roche Écrite]


One Response

  1. martine 09/08/2011 at 15:34 #

    Salut les Québécois!
    Nous avons lu le récit de vos aventures réunionaises et regardé les photos. Bravo pour l’efficacité de la mise en ligne!
    De notre côté tout s’est super bien passé aussi et les 4 semaines de vacances resteront d’excellents souvenirs de rando, de rencontres, de paysages et de découvertes en tous genres.
    Bon retour au Québec!

Leave a Reply