Islande (jour 11) Hicking guidé au Silver Circle

Samedi 10 septembre 2011: Aujourd’hui, nous nous sommes payés un tour guidé (mountainguides.is) que nous avions réservé lors de notre planification. Notre guide vient nous chercher à 8:30am et sera avec nous toute la journée pour nous faire découvrir la région au nord et nord-ouest de Reykjavik. Nous aurons l’occasion d’avoir un tour privé puisque personne d’autre ne s’est joint à nous. C’est parfait comme ça, on pourra marcher à notre rythme puisque la première partie est consacrée à une randonnée d’environ trois heures.

Notre guide, Maria, prend le volant et ça fait tout drôle de se faire conduire puisque je conduis à tous les jours depuis deux semaines. On ne se préoccupe plus de quelle route on prend, on se contente de regarder le paysage et d’écouter ses explications sur ce que nous croisons. Nous partons vers le fjord Hvalfjörður (fjord des baleines) en prenant la route qui longe le bord de l’eau. En route, Maria nous montre l’usine d’aluminium de l’autre côté du fjord, au loin l’endroit où ils dépècent les 200 baleines pêchées par année et en profite pour nous en dire davantage sur la vie sur l’île.

Nous avons une magnifique journée qui se présente à nous et c’est parfait pour la randonnée prévue au programme qui nous fera découvrir la plus haute cascade d’Islande, Glymur, avec une hauteur de 190 mètres. Nous partons donc avec la guide en tête dans le sentier sous les gros rayons de soleil. Le vent souffle et on est quand même bien habillés, mais avec l’effort qu’on fournit lors de l’ascension, nous enlevons quelques morceaux. On traverse une petite rivière sur un boyau de bois et une corde pour se tenir et garder l’équilibre. Je suis rendue moins peureuse et c’est sans hésitation que j’ai franchi l’obstacle. Juste après, nous avons commencé la vraie ascension plus soutenue pour se rendre tout en haut et avoir une belle vue sur une partie de la chute. Nous ne pouvons la voir au complet puisqu’elle tombe dans un canyon étroit.

Une fois en haut, elle nous propose de prendre une collation avant de faire la descente par le même chemin. Marc-André n’aimant pas repasser sur ses pas demande s’il y a un autre chemin pour redescendre. Nous sommes chanceux, il y en a un autre qui franchi la rivière tout en haut et redescend de l’autre côté du canyon. Cette rivière est beaucoup plus large et il n’y a pas de pont ni série de rochers pour nous permettre de traverser au sec. Nous devons la franchir à gué et comme nos bottes ne sont pas imperméables, il est préférable de les enlever et de traverser pieds nus. Notre guide a des bottes imperméables et nous aide à traverser en nous tenant la main dans les passages difficiles ou glissants. L’eau est glacée, mais nos pieds tiennent le coup jusqu’à l’autre rive. Finalement, nous terminons la randonnée en 2.5h, ce qui est très bien. Nous avons eu un beau panorama tout au long de la randonnée.

Ensuite, on se dirige vers Þingvellir que nous avons déjà visité au tout début de notre périple en Islande. On fait quand même escale sur ce site très important et on en profite pour prendre les explications de la guide qui clarifie plusieurs choses que nous n’avions pas comprises lors de notre première visite. Ainsi, on comprend que le parlement ne réfère pas à un bâtiment, mais plutôt à l’endroit où les gens se rencontraient pour prendre des décisions et ce, au grand air. Elle nous explique plus en détail le mouvement des plaques tectoniques qui se séparent ici, mais aussi à divers autres endroits sur l’île. Ce n’est pas qu’une ligne droite, mais la séparation peut s’étendre sur plusieurs kilomètres de larges avec plusieurs crevasses. D’ailleurs, elle nous en monte quelques unes au loin.

On prend une pause diner dans un café tout près avant de reprendre la route autour du lac Þingvallavatn. En chemin, on s’arrête au milieu de nul part et notre guide sort les casques avec les lumières frontales; nous partons à la découverte d’une grotte, celle de Gjábakkahellir, longue de 364 mètres formée par la lave. Lors de la coulée de lave, la partie supérieure a figée, mais la lave bouillante encore en dessous a continué son avancée laissant derrière elle un tunnel vide sous la lave durcie. Cette grotte est ouverte aux deux extrémités, ce qui facilite sa visite. Il fait bien noir à l’intérieur, mais avec nos lampes torches, on éclaire juste assez pour voir devant nous. Il est difficile de marcher sur les gros morceaux de lave détachés qui sont en fait de grosses roches avec des formes particulières. A quelques endroits, le plafond est très bas, mais il est majoritairement élevé ce qui nous permet de marcher bien droit la plupart du temps. A l’intérieur, les parois offrent différentes couleurs et formes selon les minéraux. La visite est très intéressante malgré que ce soit trop court. C’est une découverte qu’on ne peut faire qu’avec un guide puisqu’il n’y a aucune indication et il est presque impossible pour nous de le trouver par nous-même. D’ailleurs, on ne s’y serait pas aventuré seuls.

A l’extrémité sud du lac Þingvallavatn, on s’arrête pour faire une petite randonnée de trente minutes sur une colline qui offre une vue sur le lac et les environs. C’est une marche très facile à travers les bosquets, les herbes et la mousse qui recouvre la lave durcie. Ce fut bref, mais on s’est bien dégourdis puisqu’on commençait à s’endormir sur le siège arrière de la vagonette. Nous arrivons finalement à notre hôtel vers 5hpm et avons toute la soirée devant nous pour retourner par nos propres moyens à Reykjavik.

Nous trouvons un petit restaurant sympathique au centre-ville et lorsque nous retournons vers la voiture, de belles aurores boréales vertes dansent dans le ciel. Heureusement que nous avons l’appareil photo avec nous, on va sur le bord de l’eau et on prend plusieurs photos. Il y a plein de gens qui s’émerveillent devant ce phénomène rare pour nous, touristes. Plusieurs essaient de prendre des photos, mais rien ne ressort puisque nous n’avons pas les bonnes programmation. Grâce à l’appareil performant et professionnel de Marc-André, on réussit à prendre de très belles photos. Nous sommes très contents de les avoir vues, c’est un des premier soir où le ciel est bien dégagé et qu’on peut les voir. Aussi, nous pensions devoir attendre minuit pour les admirer, mais dès 10h30pm elles éclairaient déjà le ciel. Nous étions au bon endroit au bon moment.

Brigitte

[Photos du tour guidé au Silver Circle]


No reviews yet.

Leave a Reply