Islande (jour 10) Randonnée au Landmannalaugar

Vendredi 9 septembre 2011: Le ciel est tout bleu et il n’y a aucun nuage, ce sera une magnifique journée ensoleillée, mais le froid reste de la partie avec une température à peine entre 2 et 5 degrés celcius. C’est idéal pour notre activité de la journée, une randonnée dans une région des plus spectaculaires de l’Islande, le Landmannalaugar.

Nous prenons la route 208, non asphaltée jusqu’au bout où est installé un camping. Sur la route pour s’y rendre, on remarque le paysage particulier. L’activité volcanique y a forgé des cratères rougeâtres, des montagnes de rhyolite, des vallons et des champs de cendre qui côtoient des lacs d’un bleu profond. Les couleurs du paysage varient du noir au jaune pâle en passant par le rouge et le bleu.

Une fois arrivés au camping, on voit la coulée de lave, le Laugarhraun, qui s’arrête juste derrière. Il y a des sentiers plus ou moins balisés qui le parcourent, mais nous choisissons un autre sentier pour voir plus de paysages et qui dure plus longtemps, celui de Sodurnamur. On débute par une rude montée, ici ils ne se sont pas cassé la tête, ils ont fait le sentier en ligne presque droite pour atteindre directement le sommet au lieu de faire de grands zig-zags. Un pas à la fois nous mène au sommet de la première montagne, pas très haute en altitude, mais qui nous offre déjà un bon panorama. S’ensuit d’autres montées tout aussi rudes sur les autres montagnes avoisinantes et ce, pendant environ un peu plus d’une heure. Nous avons de minis répits puisqu’il faut bien redescendre un peu de temps à autre pour changer de montagne. La vue est magnifique sur les environs et on profite du panorama.

Nous contournons le camping vers le nord et ensuite vers l’est sur les montagnes avant de redescendre dans la vallée et la coulée de lave pour finalement rejoindre le camping. La descente est assez aisée et nous sommes maintenant dans la grande vallée entourée des montagnes. Là on se sent petit comparativement à lorsque nous étions tout en haut des montagnes. Nous traversons facilement la vallée en faisant attention de ne pas marcher dans l’eau puisqu’il y a plusieurs petits cours d’eau. Nous atteignons rapidement la dernière section, celle de la coulée de lave. Ainsi, on se promène entre les rochers de laves qui ont figé avec le contact de l’air frais. Autour de nous, toutes les roches sont noires et la verdure n’a pas encore pris possession de l’endroit même si quelques arbustes ont pris place.

Notre randonnée a duré 3 heures et selon le temps requis du plan de l’information touristique c’était entre 3-4 heures. Nous sommes pas mal fiers de nous, surtout à cause des bonnes montées. Le Landmaalaugar est très reconnu pour un trekking, le Laugavegur, qui va de Landmannalaugar à Porsmork. Cette randonnée est longue de 54 km et se fait habituellement en quatre jours. Nous aurions pu faire ce trajet si nous l’avions planifié, mais il faut coucher en tente et à cette époque-ci de l’année, il fait déjà assez froid avec le vent, alors nous avons laissé tomber.

[Photos de la randonnée au Landmannalaugar]

Après la randonnée, on reprend la route pour visiter davantage de cette belle île qu’est l’Islande. Nous n’avons pas beaucoup d’arrêts de prévus, mais le paysage qui défile est magnifique et évolue d’un kilomètre à l’autre. Nous traversons des champs de lave durcie et ils sont tous différents les uns des autres; à certains endroits ce sont de gros monticules, d’autres de petits cailloux ou même de la poussière comme dans un désert. Une fois terminée le paysage lunaire des highland, nous reprenons la route asphaltée entourée de verdure. Les fermes et leurs animaux commencent à faire partie du décor.

Nous arrivons rapidement à Stong dans la vallée de la Thjorsá où une maison d’époque a été reconstituée. En fait, des fouilles archéologiques ont mis à jour les ruines de cette ancienne ferme viking ensevelie sous la cendre par la terrible éruption du volcan Hekla en 1104. Il ne reste pas grand chose sur pied à part les fondations en pierre. Les recherches ont permis aux archéologues d’avoir une idée précise des matériaux utilisés, des proportions et de la disposition des pièces. Nous avons pu visiter ces vestiges, protégés des intempéries par un hangar en tôle ondulée. Les fondations sont des roches empilées les unes sur les autres sur environ un mètre (max trois pieds) et par dessus la terre avec du gazon. Les pièces sont assez grandes, mais on a de la difficulté à comprendre comment c’était aménagé.

Une réplique exacte de cette ferme a été construite quelques kilomètres plus loin à Skeljastadir en se basant sur les plans de la ferme de Stong et sur les descriptions d’habitat médiéval extraites des sagas. La ferme reconstituée s’appelle Thjodveldisbaer. Nous sommes en dehors de la saison estivale, alors nous ne pouvons visiter l’intérieur qui nous aurait fait découvrir l’aménagement. Toutefois, on peut avoir une bonne idée de l’extérieur avec la maison tout gazonnée. A l’extérieur, une petite église en bois debout jouxte la ferme, fermée elle aussi. Nous sommes un peu déçus de ne pouvoir voir l’intérieur et on ne peut même pas regarder à travers les fenêtres puisqu’il n’y en a même pas!

On reprend la route en direction de Reykjavik qu’on fait plus ou moins directement. On avait vu sur le guide routier une indication de site intéressant, mais finalement arrivés au village, il n’y a rien. Sans doute est-ce le village en soit qui est un point intéressant, mais nous ne voyons pas pour quelle raison. On ne cherche pas plus et on se dirige alors à Reykjavik puisqu’il commence à se faire tard.

Nous avons réservé à l’hôtel Smari qui n’est pas tout à fait à Reykjavik, mais dans une ville avoisinante. Nous avons réussi à trouver la rue sur la carte, mais avons de la difficulté à se situer avec tous ses noms complexes. On s’arrête dans une station service et le commis nous explique le chemin….c’est juste derrière. L’hôtel n’est pas super bien situé, un peu à l’extérieur du centre et entouré de commerces. Toutefois, nous sommes à quelques pas du plus grand centre commercial de l’Islande, le Smaralind. Nous ne sommes pas ici pour magasiner, mais c’est là que nous irons souper ce soir au Friday’s. Il y a une bonne ambiance et nous avons bien mangé. Nous nous sommes laissés tenter par les desserts, c’était de trop, mais bien bon. Toutefois, la facture n’a pas été trop grosse puisqu’ils ont oublié de nous les charger… On roule presque jusqu’à l’hôtel, mais le fait de marcher à l’air frais facilite la digestion avant d’aller sombrer dans un profond sommeil.

[Photos près de Landmannalaugar]

Brigitte


No reviews yet.

Leave a Reply