Islande (jour 1) Reykjavik

Mercredi 31 août 2011: C’est le début de notre voyage en Islande. Pourquoi visiter cette île située tout au nord de l’Europe tout près du pôle nord? D’abord pour la photo. Les plus belles photos que j’ai eu la chance de voir, avec des ciels magnifiques, des paysages somptueux et des couleurs magiques ont souvent été prises ici. Vous pouvez voir plusieurs de ces photos sur le site d’un photographe professionnel et grand voyageur : http://www.luminous-landscape.com/index.shtml. Aussi, c’est totalement dépaysant, après des 35 degrés en Chine, de venir se refroidir les idées ici, où il fait maximum 10 degrés en cette période ‘chaude’ de l’année ça nous plaisait. Aussi, l’Islande est un pays où la vie est extrêmement cher et à cause de la crise et d’une dévaluation énorme de sa monnaie dans les dernières années, c’est devenu une destination plus ‘accessible’ quoi que c’est toujours le double des prix que l’on paie en Europe.

On atterrit dans la capitale Reykjavik, qui veut dire en islandais « baie des fumées ». C’est la ville la plus peuplée du pays avec environ 120 000 habitants. Si on y ajoute l’agglomération, elle regroupe plus de la moitié de la population de l’île, soit environ 200 000 habitants. Ici, la langue parlée est l’islandais que seuls les habitants de l’île parlent. Pour pouvoir communiquer avec les voyageurs, l’anglais est appris à l’école et bien parlé par tous. Cette langue, l’islandais, sonne un peu comme des mots allemands parlé avec l’accent espagnol, c’est joli et ça sonne bien, sans les sons durs de l’allemand. Aussi dans cette langue, les mots sont collés ensemble pour en former d’autres, vous verrez, jouer au scrabble ici donne des mots qui valent très cher, avec des J, des Z et surtout qui sont pratiquement imprononçables par nous.

Aussi dans tout le pays, il y a des fermiers qui élèvent moutons, chevaux et vaches, mais ne cultivent pas vraiment les terres, car le sol est volcanique et surtout, il fait froid, donc ce n’est pas terrible pour l’agriculture. On peut donc coucher chez l’habitant tout le long de la côte, en suivant la route principale la N1. On passe de ferme en ferme et presque partout on peut coucher dans une maison adjacente à la ferme, soit directement dans la maison du fermier. On a réservé d’avance avec : http://www.farmholidays.is/ les prix sont corrects et le confort très bon. On dort bien, on mange bien, que demander de plus.

Revenons à la capitale, grande ville, assez peuplée et surtout agréable en terme de température. J’ai vu des touristes avec leur tuque, leurs mitaines, leurs grosses botte d’hiver, et les locaux sont en t-shirt et gougoune. Bon, il fait tout de même un chaud 15 degrés, mais ce n’est pas un temps à gougoune. On se promène à travers la ville et on visite les attraits les plus importants. Avant notre départ, comme à notre habitude, une recherche approfondie et une lecture de tout ce qui est écrit sur l’Islande a été faite. On arrive toujours à la conclusion qu’il faut choisir, car même en deux semaines on ne peut tout voir.

Notre visite de Reykjavik débute par un tour de la grande agglomération en voiture ou plutôt en camion. On a loué un gros 4×4 pour visiter par nous même toute l’île. Ici, plusieurs routes ne sont pas asphaltées et certaines passent même dans les rivières, donc les 4×4 sont absolument nécessaire pour ceux qui empruntent ces routes. On peut toutefois se limiter à la route principale avec une petite voiture, mais nous, si on veut faire de la randonnée, voir des volcans et glaciers et surtout traverser les immenses plaines intérieures appelées le Highland, un 4×4 est donc obligatoire. On est très content de notre gros véhicule, mais ici, on s’aperçoit vite que le 4×4 est roi et il y a des véhicules vraiment plus gros, plus haut et avec de plus gros pneus que les nôtres partout. Ici, c’est le paradis des supers jeeps modifiés pour passer partout et amener les gens sur les glaciers, dans la neige et sur les plaines de lave durcie.

Après un tour de reconnaissance de la ville en camion, on s’arrête dans le stationnement de la superbe et très originale église de Hallgrímskirkja qui veut simplement dire : église de Hallgrímur (Pétursson). Construite de 1945 à 1986, elle est en béton et sa flèche mesure 75 m. Elle a été le plus haut bâtiment d’Islande jusqu’à la construction de la tour Smáratorg. Son orgue possède plus de 5 200 tuyaux. Ici les églises sont de confession évangélique-luthérienne. L’église d’Islande ou Église évangélique-luthérienne d’Islande est l’Église nationale en Islande qui est de confession luthérienne qui, elle-même, a le statut de religion d’État. La statue au pied de l’église représente Leifur Eiríksson, fils d’Erik le Rouge, qui a découvert l’Amérique.

Cette église à l’architecture absolument unique est très jolie, sobre, en béton gris, elle ressemble au église d’Europe de confession protestante. On ressent ici une épuration jusque dans le moindre détail, comme on verra dans les maisons, sobre, fonctionnelle, sans fla-fla. Après une brève visite, on ressort et on s’aperçoit que l’on peut monter dans le clocher avec un petit ascenseur. On monte bien évidemment pour avoir une vue sur toute la ville, jusqu’au port car bien sur ici, toute la vie tourne autour de l’eau. C’est un moyen de subsistance pour une grande partie de la population, les pêcheurs, les autres étant fermiers.

On retourne dans la ville se promener dans les petites rue bordées de maisons, toutes très jolies, bien entretenues et également sans fla-fla inutile. Le centre ville, ou la vielle ville, est bordé de magasins, surtout de vêtements, d’articles d’artisanat et de restaurants.  Les vêtements fait ici sont soit très classique, laine de moutons, chaude et résistante, mais aussi par la marque maintenant vendue à travers le monde, 66°North, fondée en 1926 par Hans Kristjánsson en raison de la latitude de l’ile la plus au nord ici, Grímsey. Ce sont des vêtements spécifiquement fait pour les conditions extrêmes que doivent subir les pêcheurs. Reconnue pour leur qualité isolante et leur confort, c’est la marque nationale de l’Islande, quoi que même ici la compétition est forte. J’ai fait un peu de magasinage, mais je n’ai pas eu de coup de coeur pour un manteau, celui que j’ai apporté fera encore l’affaire, jusqu’à ce que je trouve ce qui me plait. Dans un autre ordre d’idée, l’Islande et plus précisément Reykjavik est reconnue pour être la terre natale de la chanteuse Björk (Guðmundsdóttir) qui est une musicienne, chanteuse, compositrice et actrice née ici le 21 novembre 1965 et qui connait un succès à travers le monde, pour son style très… spécial, voir inclassable.

La faim commence à nous tourmenter et ce serait le temps de manger. Comme Brigitte a toujours le goût de manger les choses locales, on fait la recherche des resto avec des plats islandais au menu. N’ayant rien trouvé de vraiment typique, on se rabat sur un resto sympathique et à l’ambiance agréable. C’est de loin l’un de meilleurs repas que l’on a mangés depuis longtemps, Soupe, salade vraiment très bien apprêtée, digne des meilleurs restaurants où on a eu la chance de manger. C’est donc une super première expérience et surtout un léger choc quant à la facture. Pour un diner composé de trois entrées, une facture de 7900 isk. On doit compter un peu pour finalement arriver à la conclusion que c’est 79 $!

Bien rassasiés, on poursuit notre marche qui nous fait passer devant de mignonnes petites maisons et églises, qui de dehors n’ont l’air de absolument rien. La cathédrale nationale (oui nom très ambitieux) a l’air d’une simple maison brune à deux étages avec une croix dessus. Pour l’impression de cathédrale on repassera. L’église est juste à côté d’un bâtiment tout aussi important, mais de l’extérieur qui ne paye pas de mine, l’Althing (Alþingi en islandais) qui est le parlement à une seule Chambre qui fut construit en 1881. Le système parlementaire d’Islande fut fondé en 930 à Þingvellir (les Plaines du Parlement), date qui marque le début de la Nation islandaise et de l’État libre islandais. Il est considéré comme étant le plus vieux parlement d’Europe. On ira visiter ce site demain.

Après quelques détours par les deux ou trois autres rues du centre ville, on se dirige la marre d’eau que l’on voit au loin. Tjörnin (en islandais « l’étang », de « tjörn ») est un lac d’Islande situé au milieu de la capitale Reykjavik. On trouve sur sa rive la mairie ainsi que le Musée national des Arts (Listasafn Íslands). L’université d’Islande est également située à proximité du lac. Durant l’hiver, le lac gèle ordinairement, mais de l’eau chaude provenant des sources géothermiques est introduite dans le lac pour en dégeler une partie pour les oiseaux. Ici il y a même un panneau d’instruction sur comment nourrir les canards, sans nourrir les mouettes. On n’a pas de pain ni pour l’un, ni pour l’autre. On fait le tour du lac et retournons à l’auto en passant par l’hôtel de ville de Reykjavík (Ráðhús Reykjavíkur) qui lui a déjà un peu plus de classe, avec un grand terrain, statue et carte de la ville devant, tout en étant presque une autre grande maison.

[Photos de Reykjavik]

De retour à l’auto, on décide d’aller au musée national de l’Islande, supposément gratuit le mercredi (l’hiver seulement). Il se fait déjà tard, le musée ferme à 5pm. On perd un peu de temps à le chercher, surtout à trouver l’entrée. Il nous reste seulement un peu plus de 30 minutes pour visiter, la dame au comptoir nous fait un rabais et on passe à travers les deux étages d’exposition rapidement. Le premier étage est plus sur l’histoire du peuplement de l’île par les Vikings, les objets usuels et quelques squelettes. Il y a même une coupe transversale de sol exposée entre deux vitres nous montrant les différentes explosions de l’un des volcans les plus connus d’Islande et également l’un des plus actifs. On y voit les différentes couches plus ou moins épaisses de cendre qui a recouvert l’île. Sur le deuxième étage, des bateaux, des maisons (habitation typique) et des explications sur la vie des gens de l’époque.

En cette fin de journée, on est un peu sur le décalage et c’est maintenant le temps d’aller à l’hôtel, un superbe petit hôtel, très rustique de type médiéval viking, en fait c’est son nom, hôtel viking. Les gens son habillés de façon traditionnelle et le restaurant de l’hôtel est très beau et surtout c’était très bon.

Ici, ce qui est le plus surprenant ce sont les gens. L’Islande a longtemps été une possession du Danemark, des gens grands, forts et blonds. Ici, les hommes sont corpulents et blonds, mais le plus surprenant ce sont les femmes, grandes blondes de 6 pieds bâties pour transporter des troncs d’arbre sur leurs épaules. Ici il n’est pas rare que les gens, hommes ou femmes, soient plus grands que moi, des géants. Ils ont gagné le loto génétique. C’est bien, car il faut être grand et fort pour survivre dans des conditions aussi difficile qu’il peut y avoir ici. Une blague, qui n’en est pas une est au sujet de la température. Si tu n’aimes pas la température en Islande, attend 5 minutes, ça va changer. On peut passer de vent, pluie et soleil, dans la même heure!

mam

[Photos du musée National à Reykjavik]


No reviews yet.

Leave a Reply