Îles Canaries – La Palma (suite)

Jeudi 30 décembre 2010: Aujourd’hui nous allons faire la randonnée de la Caldera de Taburiente. C’est un des cratères d’érosion les plus spectaculaire du monde. Parc National depuis 1954, la caldera a 10 km de diamètre avec des parois de 1’500 m. On décide de faire le trajet le plus connu et plus grandiose selon les livres, le LP13. La boucle étant trop longue, la majorité des gens prennent un taxi collectif pour la montée et font la suite du trajet à pied pour un total de 12km et environ 5h de marche au lieu de 8h15.

Arrivés à la cabane touristique, on nous informe qu’on ne peut aller plus loin puisqu’il y a eu des éboulements à 3 endroits et que le sentier que nous voulons faire est fermé pour une durée indéterminée. La personne nous propose un plan B qui n’est pas trop loin d’où nous sommes. D’autant plus qu’il fait soleil aujourd’hui, il ne faut pas perdre notre journée à ne rien faire. Il nous indique alors un chemin vers El Paso et de là on ira au centre touristique de cette région.

On nous indique un sentier qui fait une boucle d’une durée d’environ 5h selon leur estimation. On se rend à un parking intermédiaire Valencia El Burrial par un chemin forestier. De là, on débute notre randonnée jusqu’au Pico Bejenado. Une montée facile sur des chemins de forêt, sur terre ou rochers plats sans grand dénivelé. On maintien une très bonne allure ce qui nous permet d’arriver en haut avec 30 minutes d’avance sur le temps prescrit. De là haut, nous avons une très belle vue sur la Caldera de Taburiente et on prend un petit casse-croûte avec ce superbe panorama.

La descente se fait par un autre chemin ce qui nous permet de ne pas repasser sur nos pas. Malgré que celui-ci a 1km de plus, il y a moins de partie sur la route, c’est moins pentu et on est plus en forêt. C’est agréable, nous avons une belle température, le temps est dégagé avec quelques nuages et il fait chaud. Nous sommes contents, c’est une des plus belle journée de la semaine et grâce à ce plan B nous avons pu en profiter.
[Photos Randonnée de Pico Bejenado]

Vendredi 31 décembre 2010: Ce matin comme tous les autres précédents, les coqs du voisin chantent ou plutôt crient dès l’aube. Ca fait partie du charme de la campagne! C’est la dernière journée de l’année, dernière journée sur l’île de La Palma donc dernière occasion d’y faire une randonnée. Nous irons tout au sud de l’île pour la randonnée des volcans et phare de Fuencaliente. Nous faisons 1.5h de route avant d’atteindre l’information touristique de Los Canarios (Fuencaliente de la Palma) où on nous explique la direction à prendre pour rejoindre le sentier ainsi que l’option de retour avec le bus, si besoin. Selon nos estimations, nous n’en aurons pas besoin puisque le trajet fait 14km aller-retour et serons de retour bien avant la noirceur.

On arrive rapidement au premier volcan, celui de San Antonio, le plus gros et où il faut acheter un billet pour y accéder. Ce n’est pas inclus dans la durée de la randonnée, mais on saute sur l’occasion de marcher sur les rebords d’un cratère d’un volcan. Le trou est énorme, assez creux, mais comme la dernière irruption date déjà de plusieurs année, la nature a commencé à reverdir.  La suite de la randonnée se poursuit en descente sur un sol de petits cailloux volcaniques et à quelques endroits comme du sable pour se rendre jusqu’au deuxième volcan, celui de Teneguia. La montée jusqu’au sommet est plus sportive que le précédent sans être difficile. La vue y est grandiose, d’un côté il y a l’océan bleu foncé, le ciel est bleu clair, les volcans sont noirs, la terre est un peu rouge à certains endroits et il y a la végétation verte, le tout montre un magnifique contraste avec toutes les autres couleurs autour. Ce volcan a la forme d’un fer à cheval et sa dernière éruption date d’à peine 40 ans.

Il nous reste quelques kilomètres avant d’atteindre la pointe sud avec le phare qu’on atteint à 2h45. Malgré les rallongis (les montées et descentes sur les volcans étant exclus), nous avons tout fait en 3h. Le soleil plombe sur nous depuis midi, la chaleur est au rendez-vous, que ça fait du bien. Près du phare, on aperçoit les salines de l’île qui sont encore en activité et qui produisent 600 tonnes de sel par année. Ensuite, on va tremper nos pieds dans l’eau de l’océan Atlantique quelques minutes. Les vagues sont tellement fortes qu’il faut bien se cramponner pour ne pas se faire emporter et ce même si nous n’avons pas l’eau jusqu’aux genoux.

On décide de prendre le bus finalement puisqu’on aimerait faire le trajet du retour de l’autre côté de l’île. Même si c’est plus long, ça nous fera voir une autre partie de l’île que nous n’aurons pas le temps de visiter. Aussi, on pourra dire que nous avons fait tout le tour de l’île! À 4h15, nous sommes dans le camion prêts à partir pour le périple qui nous fera passer par les petits villages. Tout au nord de l’île, nous avons perdu la route principale qu’on suivait et ça nous a pris un certain temps avant de s’en rendre compte (on était rendu dans une mini route à une voie et on traversait des tunnels minuscules) et de retrouver le bon chemin à l’aide des locaux qui nous parlaient en espagnols….à l’aide de signes on s’est compris! Grâce au détour, on a pu voir la Lagune, un immense réservoir en béton avec de l’eau bleue, mais c’était fermé.

La nuit est tombée, il fait noir et la route serpente et serpente encore, la conduite est plus difficile, c’est long et on est fatigués. On arrive finalement à la maison à 7h30, il était temps. Après avoir mangé, on range la maison, car demain matin Bertram vient nous chercher pour nous conduire au port et retourner à Tenerife. Nous avons fait seulement une infime portion des randonnées possibles sur toute l’île, il y en a vraiment partout et pour tous les goûts. On aurait aimé avoir plus de temps, mais c’était le temps maximum possible et nous en avons profité chaque parcelle.

MAM et Brigitte

[Photos Randonnée des volcans]


No reviews yet.

Leave a Reply