Grèce (jour 19) Tour guidé à pied d’Athènes

Vendredi 14 juin 2013 : Brigitte a eu une idée tout à fait géniale à propos de la visite d’Athènes….pourquoi ne fait-on pas comme nous avons fait dans d’autres grandes villes et se joindre à un « free walking tour », c’est-à-dire un tour guidé à pied de la ville et ce gratuitement. C’est une personne, généralement anglophone, mais on l’a déjà fait en français, qui connait bien la ville et son histoire et qui s’offre pour guider une ou plusieurs personne dans les rues de la ville en racontant des anecdotes. À la fin, dépendamment de votre appréciation du guide, vous lui donnez ce que vous voulez. Nous n’avons jamais donné moins que 15 euro par personne, un tarif qui est bien correct, pour souvent plus de 3 ou 4 heures passées avec lui.

Donc après une brève recherche sur le net, on trouve Georges à qui l’on envoie un email et qui répond dans les minutes suivantes avec le point de rencontre et le point de départ. Nous partirons de la place Monastireki, à deux pas de notre hôtel à 10 heures, ce qui nous laisse amplement de temps pour déjeuner tranquillement avec bébé.

On rencontre Georges, un jeune homme d’à peu près 35 ans, né en Grèce, a grandi en Australie jusqu’à l’âge de 18 ans et revient en Grèce pour faire son service militaire obligatoire. Après cela, il est resté pour étudier et guider. Il fait cela à temps plein, des fois, deux fois par jour. Il a un anglais parfait, ce qui est bien, car on a déjà fait des tours guidés avec des locaux qui parlaient un anglais approximatif et qu’on avait parfois de la difficulté à comprendre. Georges est dynamique et super intéressant!

Je ne vous raconterai pas point par point, item par item ce que l’on a vu, ce n’est pas le but. Un free walking tour, c’est un genre de grande mise-en-bouche de la ville. Savoir quoi est où et par où passer pour s’y rendre. Les rues et les monuments à voir et surtout, ce qui ne faut pas rater tout en racontant les grandes lignes qui expliquent les points d’attraction touristique. On passe par la majorité des grands sites archéologiques à voir absolument ici, mais sans vraiment s’y attarder. La visite est ponctuée d’anecdotes et d’histoire. De beaux points de vue sur la ville et de chemins faciles à se rappeler pour nous demain qui allons prendre le billet « visite complète » à 12 euros et qui donne accès à 7 sites archéologique de la ville, valable pour 4 jours.

Nous sommes passés devant la librairie d’Adrien avant d’arriver à l’agora romaine. Nous avons appris qu’agora signifie lieu de rencontre où il y a habituellement le marché et grand espace où les gens aiment se rencontrer, ainsi on peut mieux comprendre d’où vient le mot agoraphobie. Ensuite, on monte les quelques marches et on atteint une petite colline, en fait un gros rocher d’où nous avons une vue sur l’Acropole, la ville et le mont Philopappou, on se fait prendre par la pluie, ce qui est en été absolument rarissime. Aujourd’hui c’est frais, 25 degrés et 5 minutes de pluie, selon ses standards, une journée pourrie. Le petit groupe de 15 personne ne semble pas trop incommodé par ces quelques gouttes de pluie et le tour continue.

On contourne l’Acropole et nous avons une vue sur l’agora grecque avec le temple le mieux préservé en Grèce. Nous passons devant le musée de l’Acropole pour de déboucher sur une rue très passante. Ça fait toute une différence des rues piétonnes sur lesquelles on marche depuis ce matin. On aperçoit l’arche d’Adrien devant le temple de Zeus avant d’arriver au stade. Le stade a une piste de course en son centre et c’est de cet endroit qu’à tous les Jeux Olympiques la flamme olympique est allumée avant d’aller dans la ville hôte des jeux.

George s’arrête quelquefois fois sous les arbres où l’on peut s’assoir et nous parle de ce que l’on a vu ou ce que l’on va voir tandis que quelques fois il nous parle tout en marchant. Nous avons amplement le temps de poser des questions, prendre des photos et suivre le groupe, principalement composé d’étudiants ou jeunes adultes.

Nous passons devant le Zappeion, ancien siège des Jeux Olympiques avant qu’il ne soit transféré en Suisse à Lausanne. À l’intérieur, il y a plusieurs salles pour les comités des olympiques ainsi qu’un olivier doré qui est un clin d’oeil à la couronne de branches d’olivier remises à l’époque aux champions et aux médailles d’or. Le jardin intérieur et la fresque sur la voûte sont de toute beauté, dommage qu’on ne puisse pas en visiter d’avantage, il n’y a que le hall d’entrée accessible aux visiteurs.

Nous passons rapidement à travers le parc national qui était à l’origine le parc royal, mais comme il n’y a plus de roi il a changé de nom. Le parc entoure le parlement devant lequel nous passons. Il y a deux soldats qui sont postés là en permanence, avec un changement de garde aux heures, pour surveiller la tombe du soldat inconnu en l’honneur de tous les soldats morts au combat. Georges nous invite à passer durant le changement de garde puisque le spectacle en vaut le déplacement!

Le tour se termine devant une grande cathédrale en rénovation autant l’extérieur qu’à l’intérieur, donc on ne voit que des échafauds. C’est le moment où tout le monde pose ses dernières questions, quels sont les bons resto, les bars branchés, où est le chemin pour rejoindre tel ou tel site historique. On est à 5 minutes de notre hôtel, nous allons faire une pause pour le reste de la journée et on se reprend demain pour la vraie grosse visite des sites historiques, aujourd’hui c’est assez 3h30 de marche… et il nous reste encore toute l’après-midi et la soirée.

Après une douche familiale et 2 heures de repos, on repart pour trouver une place pour souper et visiter la ville le soir, totalement différente. Ici les Grecs soupent entre 20:00 et 22:00, alors il est hors de question de sortir dans les bars avant minuit, l’heure où tout commence. Nous serons déjà couchés bien avant minuit je vous le jure.

Avant d’aller souper, on se permet quand même une escapade tout en haut de la colline des Muses pour aller visiter le monument de Philopappos et pour avoir une vue sur l’Acropole et la ville. Le monument de Philopappos a été érigé en l’honneur du sénateur romain Gaius Iulius Antiochus Epiphanes Philopappus, bienfaiteur de la cité d’Athènes. Ce dernier vécut la plus grande partie de sa vie à Athènes, où il se distingua comme chorège (producteur de spectacles de musique et danse) et comme agonothète (organisateur de concours grecs – athlétiques, théâtraux, etc.).

Ce n’est pas un monument dans la liste des choses à ne pas manquer, mais la montée sur la colline et la vue sur la ville et l’Acropole au coucher du soleil, elle, en vaut la peine. On passe même devant la prison de Socrate et qui a surement une super histoire, mais on ne voit que les barreaux devant les grottes qui servaient de prison avec quelques salles pour y vivre.

Après un souper tardif et un retour tout aussi tardif vers les 22:00 heures à l’hôtel, Justine ne se peut plus, elle a dépassé son heure de coucher normale (19:00 h). Elle est un peu marabout, mais tant qu’il y a des gens à qui elle peut faire des sourires, elle est semi-heureuse. Tout le monde se couchera très tard finalement.

Marc-André

[Photos de la Grèce (jour 19) Tour guidé à pied d’Athènes]


No reviews yet.

Leave a Reply