Grèce (jour 15) Arrivée à Mykonos

Lundi 10 juin 2013 : On peut dire qu’aujourd’hui c’est une journée « perte de temps », car notre bateau est en début d’après-midi, ce qui nous laisse peu de possibilités. On en profite donc pour se lever tard, manger, faire nos bagages tranquillement et régler la chambre. Justine va se promener sur le bord du port avec maman question qu’elle fasse une petite sieste avant de partir pour Mykonos durant que je termine les bagages.

Notre bateau est à 13h40, alors on a le temps de se rendre à une plage à quelques pas du port. Située dans une baie, la plage de sable blond avec terrasses est à peu près 500 mètres de long. On se prend un rafraîchissement et on se fait « griller » un peu… pas beaucoup. Brigitte va même faire trempette avec bébé qui apprécie assez peu l’eau fraîche en comparaison au 35 degrés au gros soleil. On sue à grosses gouttes, bébé est toute rouge même si on est à l’ombre. Après une heure à la plage, on se ramasse question de faire la petite marche vers le quai d’embarquement. On se prend un gyros et une salade grecque (quelle surprise) en passant pour manger sur le bateau, car il n’y a pas trop de choix une fois à bord.

Les bateaux grecs ne sont pas réputés pour leur ponctualité, alors dans l’attente on mange notre diner et on fait manger Justine. Heureusement, notre mini ogre à une faim de loup et dévore tout ce qu’on lui donne. On a le temps de tout manger, de finir de faire manger Justine, de changer sa couche, de tout serrer et il n’y a toujours pas de bateau en vue. Il arrivera finalement avec une heure dix de retard, mais ça n’a pas semblé si long que ça.

Les 40 minutes que dure la navigation pour se rendre à notre dernière île, Mykonos, se passent bien. Dès notre arrivée au port, c’est toujours le même bordel. 50 personnes représentantes des hôtels sont alignés le long des couloirs de sortie des passagers pour nous vendre leur chambre ou venir chercher ceux qui ont fait des réservations. C’est tannant d’avoir à dire 20 fois, non merci, alors je les ignore et je cherche si par hasard il n’y aurait pas le nom de notre hôtel… À première vue non, mais on est passé assez rapidement, alors je retourne voir et après 2 minutes je trouve la gentille dame qui nous dirige vers son véhicule pour nous accompagner à l’hôtel. C’est bien plus simple comme ça, car la ville est grande et on aurait chercher longtemps….surtout qu’il n’y a pas d’affiche devant les chambres d’hôtes.

Notre chambre est au deuxième étage dans un bâtiment coincé entre les autres immeubles sur une minuscule ruelle très étroite. On dirait qu’ils ont aménagé 2-3 chambres sur le toit avec une terrasse. On est donc là-haut avec une vue sur les toits autour. On partage la terrasse avec un groupe de trois jeunes, qui j’espère ne seront pas trop sur le party, car bébé essaie de dormir.

Depuis deux jours, Justine se réveille dans le nuit, inconsolable. Je crois avoir trouvé la raison, elle doit faire des dents même si on ne les voit pas, car elle bave beaucoup et veut tout grignoter. Elle a aussi les joues toutes rouges. De toute façon il n’y a pas grand chose à faire, elle se rendort et la nuit continue.

L’île de Mykonos est réputée comme l’endroit pour faire la fête. C’est fou comme l’ambiance ici n’est pas très grecque, mais les gens de l’île l’assument très bien. La musique n’est pas grecque, les commerçants sont souvent pas grecs, tout se fait dans un bon anglais et surtout, c’est la place où tout le monde est jeune et beau. Partout on voit des filles super « pitounes » arrangées, maquillées avec des talons de 6 pouces et des gars musclés, bronzés et pétard. C’est le paradis des party sur la plages, des clubs et de rencontres de vacances. Vers 8:00 les gens vont manger avec vue sur le coucher du soleil et vers 11 heures ça se pomponne pour sortir.

En parlant du coucher du soleil, c’est fou. Une foule se présente près des moulins vers 7h30, soit une heure avant le coucher du soleil pour être présent au moment venu. C’est aussi un moment de la journée où le soleil projette une belle lumière sur les moulins et les maisons de « little Venice ».  La série de maisons qui ont les pieds dans la mer rappellent les maisons de Venise, d’où leur vient ce nom. Les moulins à vent datent du XVIe siècle et sont l’emblème de l’île. Les cinq moulins à vent sont en haut de la colline, tous blancs immobiles et très bien conservés, ils montent le guet au-dessus du port.

On y est déjà, mais on n’attend pas le coucher du soleil, on se promène dans les rues question de prendre le pouls de la ville. C’est quasiment plus drôle de regarder les gens prendre des photos, faire des poses et chercher des prises de vue originales que de prendre des photos. On en a vu de toutes sortes et ce n’est que la première journée, on y sera encore demain.

Après le coucher de soleil, on termine la journée dans un restaurant italien aux serveuses très jolie qui nous servent de la bouffe italienne bien meilleure que n’importe quoi que l’on a mangé à Venise ou à Rome, en Italie même. Le repas est super et le vin est délicieux.

Voyager avec un bébé aussi belle que Justine, éveillée et qui interagit avec tout le monde, on doit se faire arrêter au moins 100 fois pas jour par le monde qui veut voir/jouer/parler/photographier bébé comme s’ils n’avaient jamais vu un enfant. Les gens sont un peu débiles, un sourire, un allo c’est gentil, mais se faire arrêter comme ça toujours, ça devient lourd…surtout à répétition. Je le sais, ma fille est jolie et fait de belles façons à tout le monde pour avoir l’attention, c’est bon. Maintenant, il ne faut pas lui en donner trop, c’est ça quelle veut, c’est le début de la manipulation!!! Sans blague, des fois on se permet même de faire à semblant d’être en grande conversation ou très intéressé par quelque chose ailleurs pour continuer notre chemin comme si nous ne les avions pas vu ni entendu, car une fois arrêté, il est difficile de repartir!

Aujourd’hui Justine a eu 11 mois. Ce n’est plus un petit bébé, c’est presque une grande fille. Les prochains défis, marcher, parler et manger toute seule, mais chaque chose en son temps. De grandes évolutions ont été faite durant ces semaines ensemble en voyage. Pas qu’à la maison on ne la stimule pas, mais ici on est 100% du temps avec elle et on doit s’adapter plus rapidement et faire en sorte de trouver des solutions rapides pour des problèmes qu’on n’aurait pas à la maison…comme manger sur les genoux de papa, dormir sur maman en plein milieu de l’ascension d’une montagne, changer la couche en plein milieu de nul part, boire à l’ombre par terre sur un plancher de ciment, donner un sachet de thé ou paille ou cuiller pour jouer et éviter la crise…… Aussi la grille d’intégration des aliments a pris le bord et c’est ce qu’il y a sur le menu qu’elle mange. Nous reviendrons à des menus équilibrés à la maison, ici on ne voit pas beaucoup de légumes à par le céleri et la tomate dans les salades grecques et les patates frites qui accompagnent tous les plats. Vive la variété! Heureusement que Justine est encore allaitée, comme ça elle reçoit tout ce qu’il y a de meilleur pour elle.

Donc demain, reprise officielle de la visite de l’île, disons plutôt que ça se limitera à la ville et de ses dédales de ruelles et de magasins. Je pensais que les autres îles avaient des rues bordées de magasins, mais ici il y en a plus encore, plus long, plus gros, plus de choix. Ce n’est pas vraiment la Grèce, c’est un bazar sur le bord de la mer.

Marc-André

[Photos de la Grèce (jour 15) Arrivée à Mykonos]


No reviews yet.

Leave a Reply