Chine (jour 20) Xi’An partie 1

Samedi 20 août 2011: Après une très longue nuit de sommeil, on va déjeuner vers 9h30am à notre hôtel Ibis pour un déjeuner chinois, mais où on peut faire nous-même nos toasts et se faire des sandwichs avec de la petite viande. Bien rassasiés, on rejoint notre guide Sarah pour 10h30am….tard selon nous, mais elle dit que nous avons amplement de temps pour tout voir ce qu’il y a dans notre programme.

Xi’An est une ville située au nord de la Chine, en fait c’est la capitale de la province du Shaanxi et elle compte 8 millions d’habitants, soit l’équivalent de la population de la province du Québec. Les grandes villes comme Beijing et Shanghai disent que Xi’An est une ville en voie de développement puisqu’elle est en forte croissance. Toutefois, pendant plusieurs dynasties, Xi’An était la capitale puisqu’elle éait le point de départ de l’ancienne Route de la Soie, titre qu’elle a perdu au Xe siècle au profit de Beijing.

On se dirige d’abord vers le site de l’Armée en terre cuite, mais nous recevons l’information que c’est fermé puisqu’il y a des diplomates sur le site et que ça ouvrira plus tard. Notre guide refait notre horaire en un tour de main et on s’en va dorénavant sur les remparts de la ville qui sont juste à côté. Malgré que ce soit nuageux, il ne pleut pas, ce qui est parfait pour se promener en plein air sur les remparts.

Les remparts datent du 14e siècle et étaient en terre battue en couche successive, mais depuis le 18e siècle ils sont recouverts de pierre. D’ailleurs, c’est la plus importante et la mieux conservée en Chine. De forme rectangulaire, les remparts couvrent une distance totale de 14 km. La base est d’une largeur entre 15 et 18 mètres tandis qu’en haut c’est large entre 12 et 14 mètres. Disons que ce sont de gros et grands murs biens solides. Sur chacune des faces, il y a une porte principale soit une aux quatre points cardinaux et nous commençons notre visite par la porte de l’est.

A chaque porte, il y a une grande pagode qui a une utilité différente et à chaque 120 mètres il y a une tour de sécurité pour bien protéger les remparts de l’extérieur. Les bâtiments à l’intérieur des remparts ont une hauteur contrôlée tandis qu’à l’extérieur aucune limite n’est imposée, ainsi on remarque bien la différence et la construction de grandes tours à l’extérieur. A l’époque, les portes étaient fermées pendant la nuit, ainsi elles ouvraient le matin dès 7h pour permettre aux travailleurs d’aller à l’extérieur, mais ils devaient rentrer avant 7hpm puisque les portes refermaient à cette heure. Maintenant, elles sont toujours ouvertes et il y a d’ailleurs de grandes artères qui traversent les remparts aux quatre portes, dont une où est la gare principale de train. Imaginez si elle fermait encore la nuit, nous n’aurions pas pu aller à notre hôtel hier soir!

Nous avions donc commencé à marcher sur les remparts, en fait on dirait que c’est une rue surélevée avec des meurtrières sur le mur extérieur. Il y a un parc qui longe le rempart sur toute sa longueur, ce qui crée un peu de verdure dans cette ville polluée par les centrales électriques au charbon. Nous voyons quelques bicyclettes et demandons à notre guide si on peut en faire et nous permettre de faire le tour au complet, à pied c’est juste trop long pour tout faire et on veut tout voir, tant qu’à y être. Nous payons chacun 20 yuans pour 1.5h de bicyclettes et nous voilà partis à la découverte des remparts. On a beaucoup de plaisir à rouler et on rigole bien. Le sol n’est pas uniforme, ce qui nous fait sautiller, mais comme c’est plat, nous n’avons aucune difficulté. Les bicyclettes, tant qu’à elles, sont dans un état douteux, mais nous ont tout de même ramené à bon port sans souci. On fait ainsi le tour du rempart à bicyclette, ça fait du bien de faire un peu d’exercice, de se dégourdir et de visiter en même temps. C’était bien d’avoir la vue sur la ville autour, les vieux bâtiments vers l’intérieur et de faire un peu de sport.

[Photos de Chine (jour 20) Xian – Vélo sur les remparts]

Le site des Fosses de guerriers et de chevaux en terre cuite des Qin est maintenant ouvert aux touristes, ainsi on peut reprendre le programme. La découverte du site a été faite par un paysan qui creusait un puits d’irrigation en 1974 seulement et c’est en 1978 que Jacques Chirac l’a nommé la 8e merveille du monde. En fait, le site contient des milliers de statues en terre cuite de grandeur nature sous terre disposées pour protéger le tombeau du roi. Celui-ci est situé à 1.5 km des guerriers, mais n’a pas encore été déterré puisqu’il y a un niveau de mercure 20 fois plus élevé que la normale. Ils attendent de trouver la bonne technologie avant de faire des fouilles archéologiques plus approfondies sur ce site.

Ainsi, selon la découverte, le roi des Qin aurait fait construire sa propre armée grandeur nature pour protéger son tombeau une fois mort et c’est plus de 500’000 personnes qui auraient travaillé sur ce projet. Il aurait même fait faire des soldats plus grands que la grandeur de l’époque afin de faire peur aux gens de l’au-delà. Chaque statue mesure entre 1.72 et 1.96 mètres et pèsent 110 kg. A ce jour, il y a trois fosses découvertes, mais ils disent qu’il y en aurait près de 400.

Chaque fosse souterraine est construite en allée qui aligne des soldats et des chariots tirés par des chevaux. Chaque allée est séparée par des murs de soutènement et des piliers, le tout recouvert par un toit de bois sous terre. Les toits se sont effondrés, ensevelissant et brisant les statues. Le travail pour déterrer soigneusement les pièces et morceaux est fastidieux et la restauration de chaque statue est un véritable casse-tête. Chaque statue prend environ quatre mois de restauration.

Nous avons débuté par la première fosse qui est présentée dans un immense hangar pour bien protéger des intempéries le site. Cette première fosse renferme 6’000 guerriers et chevaux en terre cuite en formation militaire. Tout devant sont présentées les statues restaurées, ce qui nous offre un bel accueil. Dans la seconde partie de cette fosse, il y a une section où les fouilles se poursuivent. Ainsi, on peut voir les parties de bustes ou têtes ou simplement de petits morceaux. Enfin, dans la troisième et dernière section de cette première fosse, on voit l’endroit de travail avec des guerriers en cours de restauration. L’endroit est tout simplement immense avec une passerelle qui fait le tour du hangar et les guerriers un peu plus bas. On ne peut pas aller tout près des statues, mais c’est pour mieux les protéger. Nous avons toutefois une vue de presque tous les angles après s’être faufilé parmi les gens qui s’agglutinent près des barrières.

Ensuite, on visite la fosse numéro trois qui est en fait l’état major de l’empereur. C’est nettement plus petit et les cavaliers sont situés tout en bas de la grande galerie qui fait le tour de la fosse. Ici, la plupart des guerriers n’ont pas de tête et n’ont plus d’arme, aucun morceau n’a été retrouvé lors des fouilles. Selon les chercheurs, ils pensent que c’est parce que les vrais ennemis seraient venus sur place et auraient décapités les guerriers et pris leurs armes. On ne sait pas encore si l’armée a réussi à défendre adéquatement le tombeau, nous le saurons seulement lorsque celui-ci sera ouvert, si jamais ce jour arrive…

Finalement, on arrive à la fosse numéro deux qui est assez grande aussi, mais qui n’est pas encore bien avancée dans les fouilles. On nous a dit que c’était pour nous montrer comment c’était présenté avant et pendant les travaux, mais c’est certainement parce que ça prend énormément de temps et d’argent pour tout déterrer et restaurer et qu’ils ne sont tout simplement pas rendu ici. En attendant, ils nous font profiter de cette étape d’archéologie qui n’est souvent pas montrée au public. Autour de la fosse, il y a les meilleures restaurations de guerriers présentées dans des vitrines. Ainsi, on peut voir les différents grades des guerriers en fonction de leurs vêtements et couvre-chef. C’est une partie très intéressante qui nous permet de voir les détails de près, d’ailleurs jusqu’au dessous de la semelle d’un soldat à genou est fait avec un détail précis.

Entre la visite de deux fosses, nous avons mangé sur place dans un restaurant qui offrait un buffet. C’était un peu cher, mais nous sommes sur un site très touristique et il n’y a qu’un seul restaurant. Toutefois, le repas est bon, surtout les nouilles fait sur place. Après la visite du site très reconnu, on passe quelques minutes dans les boutiques juste pour satisfaire notre curiosité et on retourne à l’hôtel.

[Photos de Chine (jour 20) Xian – Armée en terre cuite]

A Xi’An, ou du moins près de notre hôtel, il n’y a pas beaucoup de chose à faire. Notre guide nous propose d’assister à un souper-spectacle. A cet endroit, on nous sert des petits raviolis, soit la spécialité de la ville suivi d’un spectacle de danse et musique datant de la Dynastie Tang. Pour nous, c’est une occasion unique de faire une pierre deux coups et de meubler notre samedi soir. D’ailleurs, ici ils comparent cette soirée au Moulin Rouge de Paris….je ne suis pas certaine que ce soit vrai, mais on pourra vous le confirmer puisque nous avons des billets pour y aller au Moulin Rouge en septembre!

Notre guide nous racontait que cette ville est reconnue pour la nourriture, la qualité et la quantité. Elle nous a fait remarquer que, en général, les Chinois du nord sont plus grands et gros que ceux du sud et on peut dire que c’est vrai. Ici les hommes sont beaucoup plus gros qu’ailleurs grâce à la nourriture et les femmes plus enrobées à cause de la nourriture.

La salles est très belle, c’est bien chic et chaleureux. Le repas est très bon et surtout en quantité phénoménale. On a droit à chacun 18 petits raviolis différents, une assiette de crudités et petites viandes, une grosse marmite de soupe et une assiette de fruits pour terminer. Le repas est copieux, très bon, et seulement 2 raviolis sont moins bons, les autres sont vraiment excellents, les meilleurs que nous ayons pu goûter jusqu’à présent. Ensuite, le spectacle présenté en chinois et anglais est au-delà de nos attentes. Les costumes sont magnifiques et colorés, les musiques et danses tout simplement envoûtantes et nous passons une excellente soirée. Les chorégraphies sont assez complexes et bien exécutées. Les décors et éclairages sont dignes des meilleures productions. Le spectacle dure un peu plus d’une heure, c’est court, mais intense. Vraiment un coup de coeur et quelques 300 photos vous montrerons les acteurs de cette histoire très bien présentée.

Ici nous sommes en vacances, on profite de chaque moment, on mange, regarde autour, prend des photos. Les Chinois, eux, font tout super vite. Nous avons pris plus d’une heure pour tout manger et ensuite regarder le spectacle relax. Les Chinois de la table d’à côté, ils étaient 18, ont tout englouti la même quantité de nourriture que nous en 30 minutes, avaient fini et desservi la table, ont écouté le spectacle et lors de la dernière scène, ils étaient déjà sortis dehors avant même que moi et Marc-André ayons ramassé nos choses et soyons prêts à quitter. C’est incroyable comment ils font tout très vite, sans profiter du moment.

[Photos de Chine (jour 20) Xian – Spectacle de Quin]

Brigitte


One Response

  1. dona rodrigue 26/11/2012 at 13:58 #

    Bonsoir,

    Au hasard d’un clic je découvre votre blog… je suis émerveillée…vous êtes choux tous les deux !
    Quel merveilleux voyage;..j’imagine déjà bien organisé..dans votre tête..
    Je suis fan de l’Asie aussi… mais mes seuls voyages… internet et un petit blog…
    … Je continue le voyage avec vous sur votre blog…..
    Merci jeunes voyageurs…. profitez de votre jeunesse…. ( tiens, je parle comme une vieille dame..LOL )

    mon blog…. »modeste j’ajoute »… une de mes passions….

    A bientôt de vous lire..
    Dona

    http://dona-rodrigue.eklablog.fr/la-cochinchine-terre-d-asie-devient-francaise-a59454129#!/qin-shi-huangdi-a59710477

Leave a Reply